La langue québécoise :
de l’Histoire aux expressions

Publié le 21/07/2015 par Assimil
2 commentaires

Le français et l’anglais, les 2 langues officielles du Canada, sont employées par les instances gouvernementales et législatives fédérales. Cependant, chaque province a le pouvoir de décider sa (ses) langue(s) officielle(s) ; le cas échéant, ce sont celles prédominantes sur le territoire qui deviennent manifestes.

Composé d’une majorité de francophones, le Québec est depuis 1977 la seule province dont la langue officielle est celle de Molière.

Une langue qui semble singulière pour les Français de l’Hexagone mais qui n’a rien perdu de ses particularités : bien au contraire, elle les entretient. La langue québécoise est fortement liée à son Histoire, et le revendique. Un parler dont seul le Québécois a le secret !

Les origines de la langue québécois

La langue québécoise (que d’aucuns nomment la parlure) est la variante la plus usitée du français. L’Office québécois de la langue française, le Conseil supérieur de la langue française et la Commission de toponymie du Québec veillent aujourd’hui conjointement à l’application de la politique linguistique.

Parler québécois au fil de l’histoire

Les colons français venus s’installer en Nouvelle-France parlaient essentiellement des langues régionales de l’Ouest et du Nord de l’hexagone. Avec la proximité des dialectes amérindiens, la langue française s’est adaptée aux réalités du Nouveau Monde.

Dès l’arrivée des filles du Roy, choisies par les hospices et hôpitaux généraux français pour immigrer en Nouvelle-France, se marier, fonder un foyer, établir une famille et inculquer le français du roi, le français québécois évolua selon les usages de la cour de France. Bougainville écrit en 1757 dans Mémoire sur l’État de la Nouvelle-France, « Les Canadiens ont de l’esprit naturellement, ils parlent avec aisance, ils ne savent pas écrire, leur accent est aussi bon qu’à Paris, leur diction est remplie de phrases vicieuses, empruntées de la langue des Sauvages ou des termes de Marines appliqués dans le style ordinaire ».

En 1759, la conquête britannique transforme le français parlé au Québec ; en coupant les liens avec la France, le Québec se sépare également du français parlé en métropole.

Un vocabulaire riche et singulier

Le québécois regorge d’expressions et de mots liés à l’Histoire et à la culture de la province. En répertoriant les influences de cet « autre français », tout devient plus clair, pour nous Français qui paradoxalement sommes les gardiens de notre langue et qui nous laissons envahir par les anglicismes.

  • Les termes amérindiens

De nombreux mots ont été empruntés aux populations autochtones, notamment pour décrire l’environnement et le mode de vie comme par exemple caribou, mocassin, parka, anorak, etc.

  • Les archaïsmes du vieux français

Ces mots souvent désuets pour le Français trouvent encore leur place dans la parlure québécoise : la « guenille » pour un vêtement, un « char » à la place d’une voiture, « bavasser » pour bavarder, et bien d’autres.

  • Les dialectes régionaux

Certains mots et prononciations ont été importés des provinces françaises par les colons comme par exemple « garrocher » pour lancer, « achaler » pour embêter.

  • Les termes liés au nautisme

La mer, les fleuves et les cours d’eau font partie intégrante de l’Histoire et du développement du Québec, notamment en matière de transport et de commerce. Encore aujourd’hui, les expressions québécoises intègrent des termes nautiques : on ne monte pas en voiture mais l’on « embarque ou débarque »,  nous sommes bien « greyés » ( gréé) pour dire nous sommes bien habillés , on ne lace pas ses chaussures mais « on amarre ses souliers », etc.

  • Les américanismes

La règle essentielle au Québec : lutter contre les anglicismes, quitte à semer la confusion. Certains mots américains ont ainsi trouvé leur place comme par exemple être « badloqué » (bad luck) pour malchanceux, « ouatcher » (to watch) pour surveiller, « tomber en amour » (fall in love) pour être amoureux, la « boîte à malle » (mail box mot qui vient-lui même du français… « malle ») pour boîte aux lettres, etc.

  • Les créations « made in », excusez-moi faites au Québec !

« Quand ya de la poudreuse ou qu’il mouille, et que le vent souffle en formant des bancs de neige, il vaut mieux mettre sa tuque sur la tête ». Autrement dit, traduit dans notre bon vieux français « Quand il neige ou qu’il pleut, que le vent forme des congères, il vaut mieux mettre son bonnet de laine sur la tête ».

Expressions québécoises : les incontournables

Résultent de toutes ses influences, des expressions québécoises qui, si elles nous font sourire, demeurent pleines de bon sens. Petit recueil d’expressions qui amusent tant elles deviennent imagées ou incongrues : les faux-amis, les argotiques …

  • À la revoyure : au revoir
  • Aller gazer ou fouler son char : faire le plein d’essence
  • Astheure ou à c’t’heure : maintenant
  • Accommoder : rendre service
  • Accrocher ses patins : démissionner
  • Allo : bonjour
  • Bienvenue : de rien
  • Dormir au gaz : être lent
  • Niaiser : se moquer
  • Plate : pénible
  • Tire-toi une bûche : prends une chaise
  • Abrier : se couvrir
  • Se branler le manche : hésiter
  • Arriver sur un saut pis sur un pet : arriver rapidement
  • Dur de comprenure : difficile à raisonner
  • Barrer/ débarrer la porte : ouvrir et fermer la porte
  • Crouser : draguer
  • Une agasse-pissette : une allumeuse
  • Fermer sa trappe : se taire
  • Magasiner : faire les magasins
  • Un dépanneur : une épicerie
  • Péter une coche : s’énerver
  • Faire du pouce : faire du stop …

S’ajoutent à ses expressions quelquefois très imagées, une prononciation et des contractions particulières. Le pronom « il » est souvent remplacé par un « y » (Y peut pas venir ce soir), le Québécois contracte « je suis » en « chu » (chu fatigué), le Ï se prononce AI, enfin un « t » persiste souvent à la fin des mots (Une pomme « pourrite »).

Le québécois montre la volonté de tout un peuple de défendre une unité et de s’affirmer à travers une langue. Une langue qui demeure très sérieuse et dont les termes sont indexés dans le Grand dictionnaire terminologique, autrefois Banque de terminologie du Québec.

Assimil vous accompagne …

Si vous êtes séduit par cette langue aussi imagée qu’attachante, Assimil vous propose une méthode d’apprentissage dédiée, le guide de conversation Québécois.

Commentaires

Par Antonio le 26/07/15 à 21h27

Dear friends from Assimil,

I use the methods mainly to read and listen to the the news in foreign languages. I’m sure that such market is very promising, especially among professionals in media/ business/ government/ finance all over the world. For someone with my goals in mind the dialogues are less useful than real world news would be.

Why don’t you analyze the viability of a series with such focus? I suspect that something on that line would be a success. I’d also would dare to suggest that the language of reference should be English, but I know that I’m threading on very thin ice here. And I say that stressing that I’m not a native speaker and that I am able to use the sans peine and perfectionnement methods in French. But the market in English is certainly much larger.

Thank you!

Par issac le 09/11/15 à 15h53

merci pour ce blog qui nous aide a comprendre le langues
tre bien

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
111 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
103 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
61 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
57 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
55 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
52 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

Le roumain, Ionesco et la méthode Assimil : entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
33 commentaires

derniers commentaires

au hasard

La collection Assimemor
en livres numériques

05/12/16
2 commentaires

10. Le mot du jour – Today’s word
La palabra del día – La parola del giorno
Het woord van de dag

13/11/13
0 commentaire

Assimil au 69e congrès
des experts-comptables

03/11/14
0 commentaire