Les nouveautés de la rentrée

Publié le 08/08/2013 par Éditions Assimil
192 commentaires

coffret japonais
Comme en 2012, la rentrée scolaire 2013 sera riche en nouveautés chez Assimil. Voici un rapide aperçu de ce qui vous attend.
Fin août, deux ouvrages de français truffés d’exercices pratiques destinés aux jeunes, aux moins jeunes et aux apprenants étrangers seront disponibles : Les clés de l’orthographe les clés de la grammaire.  La fin du mois d’août verra aussi la parution de quatre titres en collaboration avec les éditions Gründ, dans la collection les Imagidoux. Il s’agit d’imagiers sonores français/anglais destinés aux tout-petits.

Début septembre, le sanskrit rejoindra la prestigieuse collection Sans Peine en superpack. La fabrication de ce pack sera identique à celle de l’égyptien hiéroglyphique et du grec ancien. Ce sera aussi l’occasion de découvrir les coulisse de la réalisation de cet ouvrage grâce à un documentaire tourné en studio pendant l’enregistrement des dialogues. Vous en saurez ainsi davantage sur la manière dont nous produisons nos méthodes.
Toujours en septembre, la collection des cahiers d’exercices et d’écriture s’enrichit de deux nouveaux titres : l’italien en cahiers d’exercices, signé Federico Benedetti, et le second tome de l’écriture japonaise. Catherine Garnier finit son exploration des kana et vous propose une initiation aux kanji. Les deux volumes d’écriture japonaise seront par ailleurs réunis sous coffret, formant une initiation très complète à l’écriture nippone.
Nous reviendrons en détails sur tous ces ouvrages très prochainement.

Commentaires

Par Michel Bellon le 09/08/13 à 1h23

Merci pour ces ouvrages qui constituent en quelque sorte une nouvelle version de « L’écriture japonaise », tome 3 (consacré uniquement aux kanji) de la méthode « sans peine » de japonais
Je suppose donc qu’un volume similaire sera bientôt disponible pour l’écriture chinoise !

Par Chris Keller-Kostakiotis le 21/08/13 à 14h22

Est-ce que les éditions ASSIMIL ont enfin trouvé l’auteur « idéal » pour écrire une méthode complète de serbe ??
En espérant que la langue serbe fasse toujours partie des projets ASSIMIL…

    Par Nicolas Ragonneau le 26/08/13 à 11h50

    Bonjour Chris, nous communiquerons sur le serbe quand le moment sera venu. Pour l’instant, c’est tout à fait prématuré.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 01/09/13 à 20h51

Bonsoir ASSIMIL,
est-ce qu’il y a des langues retenues et sélectionnées par les éditions ASSIMIL pour faire des méthodes de perfectionnement (hormis le perfectionnement russe qui sortira normalement début 2014) ?

    Par Éditions Assimil le 02/09/13 à 9h53

    Chris, merci de continuer à nous suivre sur le blog et sur FB. Nous communiquerons sur la suite du programme éditorial quand il sera temps de le faire.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 06/09/13 à 12h31

Bonjour ASSIMIL,
Les méthodes «sans peine» qui ont été supprimées du catalogue 2013 (alsacien, arménien, tamoul…) pourront-elles être un jour disponibles à nouveau sous format numérique?

    Par Éditions Assimil le 09/09/13 à 9h03

    C’est possible. Des solutions sont à l’étude mais rien n’est programmé pour le moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 09/09/13 à 11h26

Bonjour et merci pour votre message …

D’autre part, j’aimerais connaitre la date approximative de la sortie de la nouvelle édition du tchèque annoncée dans votre catalogue 2013 (plutôt début ou mi 2014 ?)

Désolé d’envahir votre blog avec mes multiples questions d’ assimiliste confirmé (!)

    Par Éditions Assimil le 10/09/13 à 9h13

    Nous sommes très en retard sur cet ouvrage. Le début de 2014 nous paraît probable pour cette parution.

Par Michel BELLON le 09/09/13 à 13h43

Bonjour,

Pour être tout aussi envahissant que Chris :D, je demanderai à mon tour s’il doit s’agir d’une nouvelle méthode, différente de celle existant depuis presque 20 ans, ou bien d’une mise à jour, comme celle faite par exemple pour le Hongrois, avec principalement le rajout, dans les leçons de révision, de textes récapitulatifs sur le vocabulaire et la grammaire vus au cours de la semaine précédente.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 09/09/13 à 23h55

Bonsoir, à mon avis cette méthode sera sûrement une mise à jour de l’ancienne méthode de 1994 avec la nouvelle mise en page (je peux me tromper…ça sera la surprise…)
Ce serait bien que toutes les anciennes méthodes ASSIMIL qui sont toujours commercialisées (par ex. bulgare, roumain, chinois, hindi, danois, finnois, etc…) soient réimprimées avec la mise en page actuelle des nouvelles méthodes: des paragraphes plus aérés, de la couleur bleue, les terminaisons et désinances grammaticales notées en bleu… Ce qui rend la lecture tellement plus agréable ! Vous allez penser: «Qu’est-ce qui sont exigeants et impatients ces Assimilistes !!»

Par Michel BELLON le 10/09/13 à 7h54

Bonjour,

Je suis tout à fait d’accord avec Chris, et aussi impatient que lui. En ce qui concerne Le Tchèque, j’aimerais donc avoir aussi une surprise. En effet, je me souviens que l’une des premières méthodes publiées dans la « nouvelle génération », c’est-à-dire celles qui n’ont plus « … sans peine » dans le titre, mais seulement le nom de la langue, a été Le Polonais. Or, il s’agissait d’un cours complètement différent du Polonais sans peine. Excellente surprise donc, d’autant plus que le polonais était encore une langue relativement « mineure » à l’époque (c’était avant l’entrée de la Pologne dans l’Union Européenne) et surtout que le Polonais sans peine n’avait pas été publié très longtemps avant. Cette méthode a donc eu une durée de vie inférieure à la moyenne avant d’être remplacée.
Bien que je n’aie dans l’ensemble aucune critique à l’adresse de mon éditeur favori, je profite que nous abordions ce sujet pour faire part d’un petit regret : au cours des dernières années on constate une tendance à rééditer les méthodes « sans peine » avec un titre qui correspond à ceux de la nouvelle génération. Ainsi, pour reprendre l’exemple du Hongrois : on pourrait penser qu’il s’agit d’une nouvelle méthode, alors que c’est en réalité la réimpression du Hongrois sans peine, avec nouvelle mise en page et rajout d’exercices de conversation dans les leçons de révision. Cas différent du Polonais, donc, et c’est un peu dommage. Je préférerais, pour plus de clarté, que les titres d’aujourd’hui soient réservés aux méthodes véritablement nouvelles. Mais cela dit, je me procure quand même immédiatement toutes les nouvelles éditions pour ne rien manquer des mises à jour et suivre l’évolution des séries.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 10/09/13 à 13h42

Bonjour,
Je possède les deux méthodes de polonais et c’est un cas particulier: le polonais « sans peine » sorti en 1985 et écrit par Mme Barbara Kuszmider était assez ardue et difficile d’accès pour un complet débutant; cette méthode a entièrement été refaite par la même auteure et parue en 2003 sous le titre « le polonais » et l’auteure cite bien en avant propos que cette nouvelle version est plus simple d’accès que la précédente; ce qui est vrai…. La grammaire y est expliquée de façon beaucoup plus progressive et les dialogues sont plus vivants.
N’oublions pas que le polonais est une langue slave (donc complexe), où il faut savoir « jongler » avec les déclinaisons et les aspects verbaux…. Pour cela, il faut une bonne didactique et des explications claires !

Concernant le tchèque, seul l’auteur peut juger si la méthode nécessite d’être entièrement refaite ou simplement remise à jour… On verra, ça sera la surprise ! La version du tchèque « sans peine » parue en 1994 reste néanmoins une très bonne méthode, beaucoup plus abordable dans l’apprentissage que la toute première méthode de polonais.
Patience donc…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 10/09/13 à 17h02

Est-ce qu’ASSIMIL peut confirmer que, si tout va bien,
en 2014 devraient paraitre les nouvelles éditions du tchèque et du japonais, la méthode de khmer, et le perfectionnement russe… ?
Dès leur parution, comme tout assimiliste convaincu, j’achète tout !!

    Par Éditions Assimil le 11/09/13 à 15h09

    Chris, votre impatience nous touche. Mais on ne communiquera aucune date ferme pour le moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 11/09/13 à 16h51

Je ne souhaitais pas spécialement qu’on me communique des dates fermes !…. Je voulais juste savoir si les ouvrages que j’ai cité étaient suceptibles de paraitre en 2014….
Et aussi si il était prévu à terme de réimprimer toutes les anciennes méthodes encore commercialisées avec votre nouvelle mise en page (qui rend la lecture des ouvrages beaucoup plus agréable et conviviale…)

Par DUHAMEL le 11/09/13 à 19h17

Bonjour Assimil

Les cours E methode fonctionnent t’ils sur IPAD?

Merci

    Par Éditions Assimil le 13/09/13 à 14h22

    Non, pas pour le moment. Il sont seulement compatibles Mac / PC pour le moment.

Par BROUILLOU Guy le 27/09/13 à 9h49

Bonjour,

Es t-il prévu une sortie de la méthode l’ Albanais. Il existe peu de choses sur le marché notamment livre + CD de même pour le Slovaque. Es t-il prévu une nouvelle version du turc et plus complète 100 leçons.

Merci pour la réponse

    Par Éditions Assimil le 27/09/13 à 13h51

    Bonjour, le marché est trop modeste pour l’albanais et le slovaque. Le turc a été mis à jour il y a deux ans et n’est pas programmé en nouveauté. En revanche, rien n’interdit d’envisager ces langues dans des collections futures, en dehors de la collection sans peine…

Par Michel Bellon le 27/09/13 à 21h25

Bonsoir Guy,

Pour l’albanais et le slovaque, tu peux commencer avec les guides de conversation qui comportent, comme d’habitude, une partie grammaticale importante. Bien que non exhaustive, elle permet d’avoir une idée assez précise de la structure de la langue et constitue une base de départ intéressante pour étudier avec d’autres méthodes actuellement disponibles. Il en existe une bonne en anglais, par exemple.
Par ailleurs, l’albanais est l’une des langues que je souhaiterais, personnellement, voir bénéficier bientôt d’une méthode complète. Il semble que je ne sois pas le seul d’ailleurs, et j’ai bon espoir qu’Assimil finira par nous donner satisfaction. Après tout, je pense que la demande du marché, et les chances de succès commercial pour une méthode d’albanais ne doivent pas être moins importantes que pour le yiddish ou… le sanskrit ! :))

Par Chris Keller-Kostakiotis le 06/10/13 à 18h30

Bonsoir,
je pense que la langue albanaise a peut-être une chance de percer sur le marché;
d’un point de vue linguistique, c’est une branche à part parmi les langues indo-européennes (dont l’origine n’est pas clairement définie) qui est intéressante à étudier. C’est bien-sûr la langue officielle de l’Albanie, mais aussi de la majeure partie du Kosovo (politique mis à part !..) et aussi la langue de toute une diaspora albanaise à travers le monde. Il existe déjà plusieurs méthodes anglophones d’albanais (Colloquial, Hippocrene, etc…) qui sont régulièrement mises à jour et qui semblent bien fonctionner sur le marché.
L’e guide de conversation « l’albanais de poche » publié par ASSIMIL est déjà un premier pas… En espérant une méthode complète un jour…

Par n.visart le 08/10/13 à 23h11

Quand paraîtra le « russe perfectionnement » à partir de langue maternelle française ou anglaise ? Merci pour la réponse!

Par Éditions Assimil le 09/10/13 à 10h10

Bonjour,

Le perfectionnement russe devrait paraitre au printemps 2014.
Nous vous tiendrons informés.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 11/10/13 à 12h40

Bonjour,
est-ce que la parution de la nouvelle édition du tchèque est toujours prévue pour début 2014 ?

Par LAURENT Olivier le 13/10/13 à 22h59

J’attends aussi le perfectionnement russe depuis très longtemps, pour enfin maîtriser la syntaxe et le style…printemps 2014, c’est bien noté, pas plus tard, hein ?!

Par Frédéric Grün le 22/10/13 à 16h04

Bonjour,

Y aurait-t-il par hasard un quelconque projet de rédaction d’un « perfectionnement grec moderne » ?
Soyez sûrs que vous auriez au moins un acheteur. ;P

    Par Éditions Assimil le 22/10/13 à 16h15

    Bonjour Frédéric,
    Pas de perfectionnement sur nos tablettes avant les calendes…

Par Claude Laporte le 23/10/13 à 17h27

Moi aussi, je serais un deuxième acheteur pour un perfectionnement grec moderne…

Par Michel Bellon le 27/10/13 à 15h58

Et avec moi, ça fait déjà trois !

Par V le 27/10/13 à 17h16

Nouveautés intéressantes, je vais enfin pouvoir reprendre l’apprentissage les kanas en Japonais!
Au fait, à la vue des commentaires, je me suis laissé dire qu’il y aurait des rééditions de certaines méthodes « sans peine ». Pouvez-vous confirmer l’information, auquel cas quelles langues seraient concernées?

Par NARO le 01/11/13 à 18h04

Bonjour,

Juste pour savoir si vous prévoyez de sortir une méthode de basque plus complète que celle déjà existante.

Merci

    Par Éditions Assimil le 04/11/13 à 11h07

    Bonjour,

    Ce n’est pas sur nos tablettes pour le moment.

    A bientôt

Par suzanne vallin le 12/11/13 à 14h33

Bonjour,

Bravo aux éditions « Assimil »

Avez-vous l’intention de réaliser un perfectionnement pour le Grec ancien ?

Et un dico de Latin ?

Merci de me répondre,

    Par Éditions Assimil le 12/11/13 à 14h41

    Bonjour, non, il n’y aura pas de perfectionnement pour le grec ancien car le marché est trop restreint. En revanche, en latin il y aura des choses en 2014. N’en disons pas davantage pour le moment…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 15/11/13 à 21h16

Bonsoir,
connait-on enfin la date approximative de parution de la nouvelle édition du tchèque (annoncée dans le catalogue 2013)?
Est-ce une simple mise à jour de la version du tchèque « sans peine » de 1994, ou bien est-ce une méthode entièrement refaite (comme ça a été le cas par exemple pour les packs de russe parus en 1995 et 2008 et pour le perfectionnement allemand version 1991 et 2012)?

Par Chris Keller-Kostakiotis le 18/11/13 à 19h01

…Tchèque nouvelle version: encore un secret non dévoilé !…

Par BROUILLOU Guy le 27/11/13 à 9h40

Bonjour à tous les fervents Assiimilistes

Peut être Une heureuse et bonne surprise ??? ..

une nouvelle méthode dans la botte du Père Noêl

Guy BROUILLOU

Par BROUILLOU Guy le 27/11/13 à 9h43

Bonjour à tous les fervents assimilistes,

Je voulais dire dans la hotte du Père Noêl bien sur avec des nouveautés peut être inattendues;

guy BROUILLOU

Par V le 11/12/13 à 17h02

Bonjour! Je me demandais si ASSIMIL avait prévu un cahier d’exercices pour l’allemand, car en ce qui me concerne ça m’aiderai beaucoup pour le bac:-)
Sinon un perfectionnement pour le russe, le japonnais ou le chinois?
Merci d’avance et bonne journée.

Par David Ripoll le 26/12/13 à 1h20

Salut ! J’aimerais savoir si vous avez prévue une réédition de la méthode « sans peine » d’Alsacien et aussi une éventuelle actualisation de la méthode d’Occitan qui aujourd’hui est déjà très ancienne. Merci beaucoup ! Et mes sincères félicitations pour la méthode de Catalan !

    Par Éditions Assimil le 30/12/13 à 10h49

    Bonjour David, une toute nouvelle méthode d’occitan arrive en janvier. La réédition de la méthode d’alsacien n’est pas à l’ordre du jour. Merci pour vos encouragements et votre fidélité.

Par David Ripoll le 26/12/13 à 1h22

Salut ! J’aimerais savoir si elle est prévue une réédition de la méthode « sans peine » d’Alsacien et aussi une éventuelle actualisation de la méthode d’Occitan qui aujourd’hui est déjà très ancienne. Merci beaucoup ! Et mes sincères félicitations pour la méthode de Catalan !

Par Yann le 28/12/13 à 8h24

Bonjour,

Bravo pour toutes ces nouveautés !

À quand un perfectionnement chinois ?

Cordialement

Yann

Par Chris Keller-Kostakiotis le 01/01/14 à 3h49

* Bonne Année à tous !
* Happy New Year !
* ¡ Feliz año nuevo !
* Felice anno nuovo !
* Frohes Neues Jahr !
* Gelukkig Nieuwjaar !
* Gleðilegt nýtt ár !
* С Новым Годом !
* Szczęśliwego Nowego Roku !
* Laimingų Naujųjų Metų !
* Срећна Нова Година !
* Καλή Χρονιά και χρόνια πολλά !
* Yeni yılınız kutlu olsun !
* Yeni iliniz mübarək !

Par Brigitte Fuchsmann le 11/01/14 à 17h47

Bonjour,
Je constate que vous n’avez toujours pas de méthode pour apprendre le Bambara.
Pourtant vous avez d’autres langues peu usitées…….
Merci de penser à ceux qui souhaitent apprendre à parler Bambara !

Par Mika le 12/01/14 à 3h00

Bonjour,

Je me pose une certaine questions quant à la différence de taille de chaque méthode (nombre de leçons/de pages, durée des enregistrements).
Par exemple, je détiens la méthode du chinois (105 leçons) et me penchais sur celle de l’hébreux (85 leçons).
Et ce n’est pas l’exemple le plus flagrant.

Pour le nombre de pages, j’ai supposé que cela dépendait des différents types d’écritures de certains dialectes.

Mais concernant le nombre de leçons qui diffèrent je ne comprend pas.

Une méthode contenant moins de leçons est-elle plus superficielle ? moins poussée ? moins approfondie ?

La méthode basque quant à elle n’est qu’une initiation de 50 leçons et est quand même proposé au même pris.
J’adore les méthode Assimil mais moitié moins de leçon pour le même prix, j’ai du mal.

Merci d’avance.

    Par Éditions Assimil le 14/01/14 à 10h43

    Bonjour, ce sont aux auteurs et aux éditeurs de chaque ouvrage d’apprécier le nombre de leçons. La plupart du temps, la collection sans peine présente 100 leçons, mais ce n’est pas un impératif. L’impératif est davantage de créer une progression et d’amener l’apprenant à un certain niveau. Et évidemment non, une méthode contenant moins de leçons n’est pas superficielle. il faut trouver la bonne mesure, voilà tout.
    Quant au basque effectivement, s’il contient moins de leçons les frais de création d’un tel ouvrage demeure élevés et sa diffusion restreinte. Ceci explique cela.
    Merci pour votre fidélité et meilleurs voeux.

Par Jean-Paul le 27/01/14 à 0h39

bonjour,

Je voulais apporter un commentaire au sujet de la méthode de japonais.
Cartherine Garnier était ma prof de linguistique du japonais lorsque je préparais la licence de cette même langue. Je retrouve les phrases imbriquées que Mme Garnier nous faisait détricoter, segment par segment. je retrouve les forme en -te, les na noni, dakara, yoo ni etc. c’est un délice de prendre une leçon et de se remémorer mes cours aux langues ‘O.

Salut à Michel et Chris qui publient bcq sur ce site et qui semblent d’aussi fervents assimilistes que moi.

Par Michel BELLON le 28/01/14 à 9h04

Bonjour Jean-Paul,

C’est toujours un plaisir de lire les commentaires des enthousiastes. Je possède la totalité des publications d’Assimil de ces 40 dernières années et un peu plus : je vais fêter mon 60ème anniversaire cette année, et c’est vers 14 ou 15 ans que j’ai eu ma première méthode Assimil, celle de russe !
Pour le japonais, tu parles de l’ancienne méthode, mais une toute nouvelle devrait paraître bientôt.
Je n’ai pas de compte Facebook jusqu’à présent, mais j’envisage d’en créer un pour me joindre à la page Assimil et échanger informations, expériences, impressions, etc. avec tous les « fans ».

Bonne journée à tous.

Par Jean-Paul le 28/01/14 à 22h43

Bonjour Michel,

j’ai cru comprendre que la méthode de japonais ne sera pas une nouvelle version, mais une mise à jour. elle est tellement bien faite cette méthode. M. Fabre (le coréen sans peine) était aussi mon prof de coréen.
J’aime aussi particulièrement celle de Hindi qui sert de support aux cours de hindi à l’inalco ainsi que l’hébreu. je possède presque toutes les méthodes sauf espagnol, anglais et italien.
j’aimerais bien aussi échanger avec de fervents assimilistes et pourquoi pas apprendre une langue en même temps pour plus de stimulation ou le partage des connaissances si nos niveaux sont différents.

Bonne journée et … bon concours!

Par Michel Bellon le 28/01/14 à 23h56

Bonsoir Jean-Paul,

J’avoue que je ne me souviens plus de ce qui est prévu, et je n’ai pas retrouvé de message à ce sujet parmi ceux, nombreux, qu’il y a déjà sur ce bloc-notes.
La méthode d’origine de chinois, en deux volumes, a été agréablement mise à jour il y a quelques années, en un seul volume.
Pour le japonais (paru il y a déjà presque 30 ans !), je ne suis pas tout à fait sûr qu’il ne s’agisse pas d’une méthode entièrement nouvelle.
Peut-être Assimil, si ce message est lu, va-t-il nous le confirmer ?

Par Michel Bellon le 29/01/14 à 0h04

Rebonsoir,

Je viens de retrouver ce que j’avais lu au sujet du japonais. C’est dans l’entrée du 1/1, Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014.
Il semblerait bien que la méthode à venir soit nouvelle, pas simplement une mise à jour, et qui plus est avec un volume de kanji… à la clef (si j’ose le jeu de mots !).

Par Michel Bellon le 29/01/14 à 0h06

….. L’entrée Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014, c’est-à-dire ici même…..

Par Chris Keller-Kostakiotis le 30/01/14 à 13h08

Dès que la nouvelle version du japonais sera publiée, je vais me lancer dans l’étude de cette langue qui est un isolat linguistique et dont l’écriture est réputée pour être la plus difficile à apprendre.
Je trouve que l’ancienne méthode ASSIMIL de japonais de 1985 en 2 tomes n’est pas très facile d’accès pour un complet débutant; c’est pour cela que j’attend la nouvelle version.

Par Jean-Paul le 31/01/14 à 1h04

Chris, si tu commences avec la nouvelle méthode de japonais, je pourrais t’aider dans ta progression. Personnellement, je trouve la méthode de C Garnier assez facile d’approche. J’ai trouvé le coréen plus difficile d’accès et la police de caractère trop petite.

Attendons donc cette parution. et le khmer et le cantonais…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 31/01/14 à 2h45

Effectivement, la méthode de coréen doit complètement être refaite (ou au moins remise en page et réimprimée). Les caractères Hangul sont beaucoup trop petits et illisibles, et la mise en page trop dense.
Je ne connais pas bien la langue coréenne, mais d’après ce que j’ai pu lire, le style de coréen enseigné dans cette méthode est trop formel et un peu dépassé.
Celles et ceux qui parlent coréen et qui ont testé cette méthode pourront le confirmer (ou non).

Par Jean-Paul le 02/02/14 à 13h52

en effet, pour le coréen, c’est très formel. C’est le style de langue que nous enseignait M. Fabre. Les formes en -imnida sont correctes mais celle en éyo yéyo… sont plus coutantes .. en ce qui me concerne, lorsque je me suis rendu en Corée et au Japon après mes études, les locuteurs natifs disaient que j’avais un style trop poli et légèrement féminin (les terminaisons) mais après plusieurs années à vivre au Japon et à visiter la Corée, mon style est plus masculin et standart…

Par Julie le 06/02/14 à 14h36

Bonjour,

Est ce qu’une méthode d’apprentissage du serbe est prévue et quand devrait elle paraitre ? Merci beaucoup

    Par Éditions Assimil le 07/02/14 à 11h28

    Bonjour, on aimerait, mais on n’a pas vraiment avancé sur ce projet. Restez en contact sur le blog et les réseaux sociaux et on en reparlera tôt ou tard…

Par Yunie Len le 16/02/14 à 20h01

Bonjour,
En ce qui concerne la méthode Assimil espagnol, un proche accepte de me prêter l’édition 2004 mais j’ai vu qu’une édition 2008 existe. Est-ce que ces deux éditions diffèrent beaucoup?

Merci

    Par Éditions Assimil le 18/02/14 à 11h16

    Bonjour, il n’y a aucune différences entre les deux ouvrages que vous évoquez. La dernière mise à jour de l’espagnol date de 2004. En 2008 il y a eu une réimpression, mais sans changements.

Par pascal le 18/02/14 à 16h33

Bonjour, pourquoi la mention « sans peine » a été supprimée sur les nouveaux ouvrages? Moins d’encre…?

    Par Éditions Assimil le 19/02/14 à 10h44

    Bonjour, « sans peine » au départ était inclus dans le titre des ouvrages, et ce depuis 1929. Ensuite « Sans Peine » est devenu un nom de collection. C’est la raison pour laquelle cette mention n’est plus dans le titre depuis plusieurs années déjà.

Par rouxel le 22/02/14 à 17h40

Bonjour
J ‘ attends une méthode complete d ‘ arabe dialectal maghrebin. Est elle prévue un jour ?

    Par Éditions Assimil le 24/02/14 à 10h17

    Bonjour, ce n’est pas prévu pour le moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 25/02/14 à 16h55

Bonjour,
quelles sont les langues de la collection « sans peine » qui pourraient potentiellement faire l’objet d’une méthode de perfectionnement à l’avenir (par ex. portugais, chinois, polonais, etc…) ?

D’autre part, est-ce qu’une nouvelle édition mise à jour du perfectionnement espagnol est prévue ?

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 28/02/14 à 12h02

Je crois qu’il serait temps de penser à un perfectionnement portugais (européen et brésilien). Bien sûr, moi aussi j’aimerais bien avoir un perfectionnement pour le polonais et pour bien d’autres langues européennes, mais je comprends que ce sera plus difficile. En tout cas, on peut toujours espérer…

Par Ailin le 01/03/14 à 12h17

Bonjour

Je souhaiterais savoir si une méthode de perfectionnement du chinois est prévue prochainement.

Merci

    Par Éditions Assimil le 03/03/14 à 11h22

    Non, ce n’est pas prévu pour le moment.

Par Leila le 06/03/14 à 13h00

J’ai acheté les deux niveaux d’assimil espagnol avec les CD mais aucune version éléctronique des textes. C’est très important pour moi car j’ai des problèmes de vues. Sur l’ordinateur j’agrandis le texte. Y-a-t-il un moyen de les avoir?

Merci

    Par Éditions Assimil le 07/03/14 à 17h21

    Bonjour Leila, non hélas ce n’est pas possible. Nous ne pouvons mettre ce type de ressources à disposition pour des raisons évidentes de droits d’auteur et de droits à la propriété intellectuelle.
    La loupe est votre unique recours. Bien à vous

Par SB le 10/03/14 à 16h52

@ Leila et @Éditions Assimil: pourtant les disques MP3 contiennent, en plus du son, des fichiers texte contenant les dialogues (mais pas les notes).

Par Chris Keller-Kostakiotis le 13/03/14 à 20h03

Bonjour,
Dans le catalogue 2013, les méthodes « sans peine » pour l’alsacien, l’arménien et le tamoul ont été retirées; est-ce qu’elles pourront reparaître un jour sous forme numérique pour qu’elles ne tombent pas complètement dans l’oubli ??
On peut très difficilement encore se procurer des exemplaires d’occasion sur internet et les rares exemplaires disponibles sont vendus très cher du fait qu’ils soient épuisés et devenus « collector »…

Par Michel Bellon le 14/03/14 à 13h51

Bonjour Chris,

Je ne suis bien entendu pas en mesure de répondre à ta question à la place d’Assimil, mais je rajouterai un commentaire à tes remarques.

Il est en effet curieux et a priori assez incompréhensible que les méthodes complètes d’alsacien, d’arménien et de tamoul aient été retirées de la vente et donc du catalogue. Assimil ne peut désormais proposer ces langues que par le biais d’un petit guide de conversation, ce qui est très insuffisant : malgré leurs qualités en comparaison d’autres ouvrages de même portée, ces guides ne peuvent permettre un véritable apprentissage.

Pourquoi ces trois méthodes complètes ont-elles disparu, alors que leur durée de vie a été assez courte (une dizaine d’années tout au plus) ?
Version pessimiste : le tirage initial, modeste, a été épuisé, et il a été jugé trop coûteux, et risqué du point de vue de la rentabilité, de rééditer les méthodes sous la nouvelle maquette.
Version optimiste : une nouvelle méthode est en préparation pour chacune de ces langues. Cela ne me paraîtrait pas totalement invraisemblable, car elles pourraient avoir, pour des raisons différentes, un certain succès commercial :
– l’alsacien (qui, je l’espère, s’est particulièrement bien vendu en Alsace) grâce à l’engouement pour les langues régionales, dont témoigne la récente parution d’une nouvelle méthode d’occitan ;
– l’arménien en raison de l’importance de la communauté arménienne en France et de l’intérêt pour un pays qui sera tôt ou tard associé à l’Union Européenne ;
– le tamoul parce que c’est l’une des grandes langues de l’Inde, pays dont l’importance croissante n’échappe à personne (par ailleurs, cette langue est parlée également à Ceylan) ; on peut aussi penser que la précédente méthode, axée sur la langue parlée, serait refondue pour faire une place à la langue littéraire, véhicule d’une tradition ancienne très riche et variée.

En tout cas, si tu peux visiter les librairies d’une grande ville, tu verras qu’il est encore possible de trouver des coffrets consacrés à ces trois langues. Assimil ne les rappelle sans doute que lorsqu’ils sont remplacés par une méthode nouvelle. Je l’ai constaté à Toulouse, où plusieurs coffrets et livres de l’ancienne méthode d’occitan étaient encore en vente chez les principaux libraires il y a peu, puis ont disparu quelques jours seulement avant l’arrivée de la nouvelle méthode. Et encore, même comme cela, je crois me souvenir que les deux versions peuvent parfois coexister pour une même langue. Cela a été le cas pour le catalan, avec toutefois la nuance que l’ancienne méthode n’était disponible qu’en castillan, alors que la nouvelle était la première publiée en français.
Tu devrais donc parvenir à te procurer les coffrets d’alsacien (surtout si tu n’es pas très loin de l’Alsace), d’arménien (peut-être dans une librairie arménienne, à Paris ou sur Internet) et de tamoul.
Mais la meilleure solution, c’est bien entendu de ne pas tarder à acheter chaque nouvelle publication susceptible de t’intéresser (pour moi, c’est TOUTES ! ;)) dès sa parution…

Bonne journée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 14/03/14 à 17h30

@Michel
Bonjour,
en fait, je possède les packs ASSIMIL pour l’alsacien, l’arménien, et le tamoul depuis plusieurs années; les livres sont dans ma bibliothèque et les CD dans mon PC et mon MP3… J’ai écrit ce commentaire pour tous ceux et celles qui souhaiteraient se procurer ces articles épuisés du catalogue ASSIMIL et pour que ces méthodes ne tombent pas dans l’oubli (au moins par rapport au travail fourni par les auteurs…)
Pour cela, le format numérique me semblait être une alternative pour faire « survivre » ces méthodes.
Aussi, je viens juste de m’apercevoir que le pack « le créole sans peine » a aussi été retiré du catalogue 2014…

Par jean-louis le 16/03/14 à 12h21

Bonjour,

Assimiliste convaincu, et possédant presque toute la collection, j’attends avec impatience une édition pour l’albanais, le perfectionnement portugais et chinois, l’arabe marocain…
Il serait bien à l’avenir que dans les prochaines méthodes pour les langues comme l’hindi, l’arménien.. toutes les leçons soient transcrites en alphabet latin, comme c’est le cas pour les dernières versions de l’arabe et de l’hébreu. Car, pour ma part, ce qui me passionne avant tout, c’est d’apprendre à parler et comprendre les langues. L’apprentissage d’un nouveau système d’écriture nécessite trop de temps et devrait pouvoir rester optionnel pour l’apprenant.

Par jean-louis le 16/03/14 à 12h26

!!

Par Chris Keller-Kostakiotis le 17/03/14 à 16h35

Je ne suis pas sûr que les réalités de marché, de coût, et de rentabilité soient favorables à la parution d’une méthode d’albanais, voire de perfectionnement portugais et/ou chinois dans l’immédiat…Ce qui est fort dommage ! Peut-être qu’un jour ces méthodes seront publiées….
Il est par contre dommage d’apprendre à parler une langue sans savoir l’écrire ni la lire; c’est tomber un peu dans l’illettrisme (!) D’où l’intérêt des méthodes complètes ASSIMIL avec apprentissage de la langue parlée, mais aussi de l’écriture avec transcription latine pour aider au début de l’apprentissage. Les écritures un peu complexes font effectivement l’objet de manuels complémentaires.

Par kamij le 17/03/14 à 17h55

Bonjour Assimil et félicitations pour la parution de cette nouvelle méthode de Perfectionnement Russe qui est une vraie réussite ! Je ne regrette pas mon choix, c’est un véritable plaisir de la lire au quotidien.
J’apprends en parallèle le Portugais et je voulais savoir si une édition de Perfectionnement Portugais était à l’ordre du jour ? Si oui, Européenne ou Brésilienne ? Merci beaucoup.

    Par Éditions Assimil le 18/03/14 à 12h50

    Merci pour vos encouragements ! non, un perfectionnement portugais n’est pas à l’ordre du jour pour le moment.

Par Claude Laporte le 18/03/14 à 13h40

Je plussoie: merci beaucoup et félicitations pour le perfectionnement russe, absolument nécessaire vu la difficulté et la subtilité de cette langue.
Par rapport au message de Jean-Louis et aux réponses qu’il a suscitées: je crois avoir compris que Jean-Louis ne protestait pas contre l’apprentissage de l’écriture, mais souhaitait juste que la translittération en alphabet latin soit maintenue jusqu’au bout de la méthode.
De mon côté, j’espère toujours une méthode de thaï qui permette d’apprendre l’écriture…

Par Michel Bellon le 18/03/14 à 22h48

Bonsoir,

La méthode de perfectionnement du russe est en effet très bien faite. Bravo !

Je ne pense pas que le maintien des translittérations jusqu’à la dernière leçon des méthodes de langues qui utilisent des systèmes graphiques autres que l’alphabet latin doive être la règle, pour au moins deux raisons :
1) Tout dépend du système d’écriture auquel nous avons affaire :
– avec des systèmes de type alphabétique (grec, cyrillique, arabe, hébreu, arménien…) ou syllabique (langues de l’Inde, kana japonais…), elle est inutile. Dans ces systèmes, comme dans l’alphabet latin, un même signe (ou groupe de signes) correspond en principe à un même son ou une même syllabe. Tout au plus, dans le cas d’irrégularités orthographiques (qui sont d’ailleurs nombreuses dans des langues utilisant l’alphabet latin : français, anglais, danois, malgache…), la prononciation peut-elle être indiquée, mais uniquement lorsque la forme écrite ne permet pas de la reproduire correctement, et certainement pas de façon systématique.
– avec des systèmes tels que celui du chinois (et pour les kanji japonais) ou de l’égyptien ancien (hiéroglyphes), la prononciation doit la plupart du temps être indiquée, car elle n’est pas déductible immédiatement de la forme graphique. Mais il serait tout à fait souhaitable que la translittération utilisée soit un minimum cohérente. Ainsi, pour le chinois, il faut utiliser le système pinyin en usage en Chine, qui est parfaitement bien adapté à la langue chinoise ; pour le japonais, il faut utiliser les furigana (kanas de petite taille indiquant la prononciation des kanji difficiles ou rares, ou dans les textes destinés aux débutants), comme on le fait au Japon.
2) De manière générale, une méthode qui utiliserait trop de « béquilles » inciterait à la paresse intellectuelle, même inconsciente, et nuirait donc à une vraie acquisition de la langue. L’apprenant ayant terminé une telle méthode aurait plus de difficultés à aborder des textes réels dans la langue étudiée. S’il faut aider les apprenants le plus possible au début, il faut aussi les mettre peu à peu dans la situation du locuteur / lecteur natif. Cela vaut aussi, à mon avis, pour l’arabe et l’hébreu, avec une introduction progressive de textes non vocalisés, tels qu’on les rencontre dans la pratique quotidienne des langues concernées.

À ce sujet, je profite de l’occasion pour dire qu’à mon avis, l’un des points du cahier des charges d’Assimil devrait être l’utilisation dans toutes les méthodes de l’alphabet phonétique international (API).
Ce système a l’avantage d’être très précis, et valable pour toutes les langues. Il nous permettrait d’échapper aux transcriptions « phonétiques » fantaisistes des auteurs, différentes d’une méthode à l’autre, qui n’ont pour effet que de plonger dans l’embarras ceux qui souhaitent apprendre avec Assimil plusieurs langues : pour un même son (par exemple [ð], le « th anglais » que l’on trouve dans l’article the), ils doivent mémoriser un « symbole phonétique » différent pour l’anglais, l’espagnol ou le grec. L’argument selon lequel l’API serait « compliqué », qui est de toute façon très exagéré, ne pourrait à l’extrême limite se justifier que si l’on part du principe que chaque assimiliste n’étudiera jamais qu’une seule langue avec la méthode qui nous est chère. Mais dès qu’on pense qu’il en étudiera deux, trois, quatre ou plus (cas certainement le plus fréquent), on voit qu’il est préférable de faire l’effort (peu important) d’apprendre les symboles de l’API, qui représenteront toujours un son unique, quelle que soit la langue étudiée.
J’ajoute qu’un système de translittération basé sur la valeur des lettres en français n’est d’aucune utilité quand on veut ensuite étudier ou compléter ses connaissances à l’aide d’autres méthodes en langue anglaise ou allemande, par exemple, qu’elles utilisent l’API ou un système basé sur l’orthographe anglaise ou allemande.

Pour terminer, un petit clin d’œil à Chris, qui reprend l’argument de la rentabilité et du marché, semblant se résigner à l’absence de certaines méthodes. Pour ma part, je continuerai toujours à revendiquer un Albanais ou un Perfectionnement portugais 😉 L’inexistence de ce dernier titre pour des raisons de marché me paraît d’ailleurs personnellement absurde si l’on songe à l’importance de cette langue et à l’attrait qu’elle exerce sur beaucoup de nos concitoyens, en particulier semble-t-il dans sa variante brésilienne.

Bonne fin de journée à tous,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 19/03/14 à 5h25

– Le problème c’est que le système API n’est pas facile à déchiffrer quand on a pas l’habitude, même si effectivement il est universel et beaucoup plus précis que la phonétique retranscrite « à la française ». Je comprends qu’ASSIMIL ai opté pour cette dernière. Le système API est plus adapté aux linguistes confirmés.

– Je confirme que le perfectionnement russe est excellent et démarre très fort, à tel point que je reprends certaines leçons du livre pour débutants pour me remettre à jour (!)
C’est effectivement un russe beaucoup plus vivant et un peu moins académique que celui enseigné dans le premier livre. Un grand merci à l’auteur.

-Evènements politiques actuels mis à part, la langue ukrainienne est aussi très intéressante à apprendre (langue à mi chemin entre le russe, le biélorusse et le polonais) et la méthode ASSIMIL d’ukrainien est excellente, mais malheureusement un peu trop courte;
80 leçons, c’est un peu juste pour une langue slave…

– Pour l’instant, j’attends d’ASSIMIL une méthode complète de thaï qui enseigne l’écriture et qui aille au delà d’une simple introduction, et aussi (et surtout) une méthode de serbe (en complément de celle de croate) dont le projet est actuellement en stand-by d’après les informations qui m’ont été transmises par la direction littéraire d’ASSIMIL. En espérant que cette méthode soit annoncée dans le prochain catalogue comme nouveauté à venir. J’ai bon espoir…

-Personnellement, je pense que chaque langue majeure** qui fait l’objet d’une méthode complète ASSIMIL doit systématiquement avoir en complément sa méthode de perfectionnement pour passer du niveau A.0 à C.1

**Comme langue majeure, je pense surtout au portugais du Portugal et du Brésil, du polonais, du chinois mandarin, et du japonais.

Par Claude Laporte le 19/03/14 à 11h42

Personnellement, je préfère l’usage d’une transcription à la française au système API, même s’il me paraît judicieux d’aussi joindre une translittération dans le système officiel lorsqu’il existe (pinyin pour le chinois). Mais, là encore, il convient de maintenir une translittération avec la prononciation à la française: avez-vous entendu la manière dont les journalistes français massacrent les noms chinois à la radio et à la télévision depuis qu’on les leur fournit en pinyin (dont ils n’ont aucune notion) et plus dans la translittération EFEO qui avait au moins l’avantage d’être basée sur le français?
Il est aussi intéressant de constater que les noms polonais sont systématiquement massacrés par les journalistes francophones, alors que les noms russes, fournis dans une translittération à la française, étaient respectés… et ne le sont plus depuis qu’on fournit une translittération à l’anglaise avec un « zh » censé rendre un son qui n’existe pas en anglais, mais qui existe en français et en russe et qui se prononce tout simplement « j »… et c’est ainsi que le maréchal Joukov devient « Zoukouv » ou « Youkov ».
Il ne faut pas non plus oublier qu’à l’inverse du chinois et du serbe, qui ont un système officiel de translittération en alphabet latin, il y a un grand nombre de langues qui n’ont aucun système consacré: à ma connaissance, le grec, le russe, le thaï (la translittération du thaï est particulièrement ratée, avec un usage différent selon chaque manuel, que le manuel soit en français, en anglais ou en allemand – à noter, à propos du danger d’utiliser la translittération API qui n’est pas intuitive pour l’apprenant, que je ne comprends rien aux manuels de thaï de l’Asiathèque devant l’abus qui y est fait des symboles pour translittérer tel ou tel son).

Par Michel Bellon le 20/03/14 à 1h51

Bonsoir,

Je comprends les arguments avancés par Chris et Claude au sujet de la phonétique, mais il ne me convainquent pas.
L’API n’est pas très compliqué à apprendre. D’ailleurs, il y a fort longtemps qu’il est utilisé en France dans la plupart des manuels scolaires d’anglais, et aussi dans le Petit Robert, pour ne citer que quelques exemples.
Quand on aborde une autre langue, il n’est pas plus compliqué de se souvenir que le son « s prononcé entre les dents » (comme il est souvent décrit) sera représenté par le symbole [θ], plutôt que par un [f] en italique ou en gras, ou je ne sais encore quelle graphie. Sans compter que quand on lit f, on aura tendance à prononcer [f] à la française, et on risque ainsi de ne jamais savoir prononcer différemment, et donc correctement.
Par ailleurs, une fois le symbole API mémorisé dans la méthode d’anglais pour des mots comme « thin » ou « path », l’assimiliste assidu n’aurait plus de nouvel effort à faire dans la méthode d’espagnol pour des mots comme « cero » ou « Zaragoza », ou dans celle de grec pour des mots comme « σταθμός » ou « Αθήνα ».

Le système pinyin n’est lui non plus pas excessivement compliqué. Il n’est pas plus difficile d’apprendre les conventions sur lequel il repose (par exemple, que la graphie ch correspond à ce qu’on représenterait en français par tch, mais prononcé avec une plus forte expiration d’air) que quand, en étudiant l’italien, on apprend que cette même graphie représente le son [k], ou en espagnol un « tch adouci ». Dans ces 4 langues (en comptant le français), une même graphie (ch) représente 4 sons différents. Les Français prononcent mal le pinyin de la même façon, et pour les mêmes raisons, qu’ils prononcent mal le polonais ou le hongrois : les conventions qui font correspondre telle graphie à tel son ne sont pas les mêmes qu’en français, et il faut dans tous les cas un minimum d’apprentissage de ces conventions quand on passe à une autre langue, quelle qu’elle soit. On peut apprendre celles du pinyin comme on pourrait apprendre celles du polonais et du hongrois, ou de toute autre langue utilisant l’alphabet latin. Après tout, il ne viendrait à l’idée de personne d’écrire Lekh Vaouènsa au lieu de Lech Wałęsa sous prétexte que cette adaptation serait plus proche de la prononciation réelle en polonais.

Pour le russe, il existe tout de même en Russie une translittération standard, qui a d’ailleurs été modifiée sur certains points il y a quelques années, et qui est en principe utilisée dans les publications russes en langues étrangères.

Je suis d’accord avec Chris au sujet de l’ukrainien, langue que la triste actualité met un peu plus en lumière. Il serait bien aussi que nous ayons au moins un guide de conversation pour le biélorusse, l’une des rares langues d’Europe qui manquent encore au catalogue d’Assimil. Et le perfectionnement portugais et japonais me semblent également être des priorités pour le niveau C. Viendraient ensuite sans doute le grec, le polonais et le néerlandais (dont il existait par le passé une « Pratique »). Mais si nous recommençons une liste de nos préférences et attentes, nous allons en avoir pour très longtemps… 😉

Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 20/03/14 à 4h06

En ce qui concerne le biélorusse il existe un guide de conversation : Weißrussisch – Wort für Wort (édition allemande adaptée en français pour d’autres langues par ASSIMIL pour leurs anciens guides de conversation de la collection « langues de poche »).
Il faut savoir qu’au Bélarus (Biélorussie) la grande majorité des gens parlent russe, surtout dans les grandes villes; le biélorusse est considéré comme une langue très rurale…
Si on connait le russe et l’ukrainien, on peut parfaitement comprendre le biélorusse.

Dans la série « perfectionnement », le chinois mandarin me semble être une priorité compte tenu de l’importance de cette langue dans le monde. Ensuite viendraient le japonais, le portugais (Portugal/Brésil), le polonais, et le néerlandais.

Pour le grec moderne, une remise à jour de la méthode pour débutants serait souhaitable avant d’envisager un perfectionnement.

La bonne nouvelle pour 2014, est la parution d’une méthode de khmer et de chinois cantonais (avec ses 8 tons à apprendre….La phonétique du chinois mandarin, c’est rien du tout à côté du cantonais !!!), et aussi des versions mises à jour pour le tchèque, le roumain, et le danois. Patience donc, ça arrive….

Enfin, pour les langues européennes plus rares comme l’islandais, l’albanais, les langues baltes (lituanien et letton), et l’estonien; je crois que pour l’instant il faut se faire une raison et se rabattre sur les méthodes anglophones…

Par Michel BELLON le 20/03/14 à 9h08

Bonjour Chris,

Il existe en effet beaucoup de guides de conversation chez Kauderwelsch, dont un biélorusse, un féroïen, un sicilien, et j’en passe encore parmi les langues qui ne sont pas actuellement au programme d’Assimil. Malheureusement, la connaissance de la langue allemande n’est peut-être pas suffisamment répandue (quoi que, parmi les assimilistes… ;)) pour qu’ils puissent remplacer une édition française, et de toute façon, c’est Assimil qui nous intéresse en priorité.

Malgré une russophonie assez généralisée, beaucoup de Biélorusses s’intéressent à leur langue, qui est quand même parlée par une partie de la population. Par ailleurs, même dans les villes, il y a une forme intermédiaire (certains diraient « bâtarde ») de la langue, la « taraškevica » (en translittération « scientifique ») ou « tarachkevitsa » (translittération à la française) qui est un moyen terme entre le russe et le biélorusse proprement dit.

L’orthographe du biélorusse (qui utilise une version du cyrillique comportant les signes absents du russe і, ў et l’apostrophe, mais pas и, щ ni ъ présents en russe) est très particulière, beaucoup plus phonétique, comme tu le sais certainement. Un seul exemple : les o « réduits » sont ainsi écrits « a », conformément à leur prononciation, alors qu’ils sont toujours représentés par « o » en russe, ce qui fait que ceux qui connaissent le russe et abordent le biélorusse sont parfois un peu désorientés au début.

Je suis bien d’accord avec toi pour les perfectionnements, mais je n’avais pas mentionné le chinois parce qu’il me semble qu’il est déjà en préparation. Mais peut-être ai-je mal lu ce qu’il y avait dans l’un des précédents messages sur ce bloc-notes, auquel cas, bien sûr, je crois qu’il doit faire partie aussi des priorités.

Bonne journée,
Michel.

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 20/03/14 à 10h39

Je voudrais remercier Michel, Chris et Claude pour leurs contributions, toujours très approfondies et intéressantes.
Comme mon homonyme, je refuse de croire qu’il n’y ait pas de demande suffisante pour un Perfectionnement portugais (j’aimerais bien une version avec des leçon en portugais européen et d’autres en brésilien). De même, je crois que la parution de cours de langues « rares » comme l’albanais, le lithuanien et d’autres, pourrait créer une demande qui aujourd’hui est peut-être un peu faible, surtout si Assimil pouvait publier ces méthodes au moins en français et en anglais (d’ailleurs, les concurrents anglophones d’Assimil offrent déjà des cours pour pas mal de langues mineures).
Il y a quelques mois, on a discuté, sur ces pages et sur Facebook, de la possibilité de créer une forme de « crowdfunding », et Assimil avait accueilli cette proposition, en promettant qu’on en reparlerait en 2014. Quand est-ce qu’il y aura des nouveautés à ce sujet?
En tout cas, merci Assimil pour votre travail!

Par Chris Keller-Kostakiotis le 21/03/14 à 18h18

Personnellement, je suis déçu des nouveaux guides de conversation ASSIMIL;
je trouve qu’ils sont assez succincts et austères dans leur mise en page, les dessins humoristiques (qui sont le cachet emblématique d’ASSIMIL depuis toujours) ont été supprimés…Dommage !!
Les anciens guides de conversation de la collection « langues de poche » adaptés de l’édition allemande Kauderwelsch étaient bien mieux, beaucoup plus complets (surtout pour la partie grammaire), et presque des mini-méthodes de langue en plus d’un simple guide de conversation, même si ils étaient un peu plus chers…

ASSIMIL aurait du faire ses propres guides de conversation en suivant le même modèle que les anciens (avis personnel).
Peut-être était-ce un problème de coût et de nombre de pages limité (?)

Par Yann le 23/03/14 à 11h12

Bonjour!
Il est amusant de constater que les passionnés de la collection Assimil arrivent souvent à des conclusions proches sur tel ou tel titre. Je partage en effet le sentiment de certains commentaires à propos du titre en thaï (« introduction ») qui me semble la seule méthode non-aboutie de la série (pourquoi ignorer ainsi l’apprentissage d’un système d’écriture, pourtant plus simple que celui de l’hindi ou du tamoul?). Je ne comprends pas pourquoi ce titre est toujours dans le catalogue alors que des méthodes de qualité comme l’alsacien, le tamoul ou l’arménien ont disparu (j’espère que ces disparitions ne sont pas liées au choix, à mon avis injustement critiqué, de la variante de langue : haut-rhinois, tamoul parlé (ce sont des dialogues!) et arménien oriental).
Je pense également que la méthode de coréen est également très faible (j’ai aussi suivi l’enseignement du regretté A Fabre), avec des dialogues éloignés de la langue réelle, une police laide et une double transcription très lourde, alors que le hangûl est probablement un des systèmes d’écriture les plus simples au monde.
La refonte de ces deux méthodes semblait (de manière subjective bien entendu) plus urgente que l’actualisation de deux excellents titres : le suédois de JF Battail et l’hébreu de M Kenigsberg (sans remettre ici en cause la qualité des deux nouveaux titres, avec l’heureux choix d’une langue très contemporaine, même si la nouvelle méthode d’hébreu recèle, il me semble, beaucoup d’incohérences au niveau de l’écriture pleine (dans les exercices) voire parfois dans l’écriture vocalisée).
Avant tout, je suis très excité par le titre en cantonais annoncé pour 2014 car aucune méthode sérieuse en français n’a traité jusqu’à présent de cette variante du chinois et même parmi les méthodes anglo-saxonnes peu sont réussies. J’espère que le titre comprendra les textes en idéogrammes (cf. mes remarques sur le thaï) car faute de système de transcription standard, seule la version en idéogrammes (stabilisée à HK, même avec ses imperfections) peut servir de base solide. Il est aussi intéressant de constater qu’Assimil présentera une méthode pour une langue essentiellement orale (à l’exception des BD à HK p ex), ce qui pourrait inciter à lancer la réflexion sur la méthode en arabe maghrébin que je ne suis, semble-t-il, pas le seul à espérer.
Par ailleurs, j’incite ceux qui désirent une méthode en serbe à se procurer l’ancien « serbo-croate sans peine » (anciennement « yougoslave sans peine »!) qui présente, à quelques leçons près, la variante serbe de la langue, avec même une introduction graduelle à la littérature (« yougoslave »). C’est un parfait complément/prolongement à l’excellent titre actuel pour le croate.
De même, pour le perfectionnement en chinois et en japonais, je conseille les anciens titres « pour mieux connaître » qui complétaient avec qualité les célèbres méthodes de P Kantor et C Garnier respectivement, autant du point de vue linguistique que culturel (je trouve le 3e titre de la série pour l’arabe plus faible).
Enfin, pour terminer, merci à Assimil pour procurer autant de joies aux amoureux des langues, et en particulier pour avoir édité deux des meilleurs titres de la série (pour différentes raisons), le yiddish et l’occitan (de N Quint). Il fallait probablement un grand courage éditorial pour aller jusqu’au bout de ces deux aventures. Un grand merci donc de la part d’un fidèle « assimiliste ».

Par Eric le 24/03/14 à 17h07

Bonjour!

Je suis très content que vous avez lancé le japonais « sans peine ». J’aimerais savoir s’il y aura une version de perfectionnement bientôt?

    Par Éditions Assimil le 31/03/14 à 11h10

    Merci ! un perfectionnement japonais n’est pas prévu pour le moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 25/03/14 à 4h44

Pour reprendre la remarque de Yann sur l’ancienne méthode « le serbo-croate sans peine » parue en 1972;
je possède cette méthode depuis longtemps ainsi que les CD audio.
C’est une excellente méthode du point de vue linguistique, la grammaire y est progressivement expliquée et reprise dans un appendice grammatical très complet qui sert de référence pour d’autres ouvrages traitant de cette langue. Même l’aspect tonal spécifique du serbe-bosniaque-croate-monténégrin y est développé.
Les leçons sont à 75% en variante serbe (alphabet latin et cyrillique), puis un mélange de textes en variantes croates, bosniaques et monténégrines.
Seulement, c’est une méthode qui a vieilli; même si la langue de nos jours est la même, les dialogues de cette méthode reflètent la Yougoslavie des années 1950-1960 avec parfois des expressions idiomatiques un peu désuètes…
C’est pour cela qu’ASSIMIL devrait travailler sur la publication d’une méthode de serbe dans une version actualisée, mais tout en restant fidèle aux travaux de Vuk Stefanović Karadžić (principal réformateur de la langue littéraire serbe au XIXème siècle).
En attendant, le guide conversation ASSIMIL « le serbe de poche » donne déjà une très bonne approche de la langue.

Par pascal le 26/03/14 à 1h39

Désormais y aura t-il une méthode de croate, puis une méthode de serbe, puis une de slovène ? Disparition du serbo-croate ?

Par Chris Keller-Kostakiotis le 26/03/14 à 9h15

ASSIMIL a publié une méthode de croate en 2012…
Pour le serbe et le slovène, il n’y a pour l’instant que des guides de conversation…

Par Michel Bellon le 27/03/14 à 0h32

Pascal,

Comme le rappelle Chris, il y a déjà une méthode de croate, et nous avons tous compris que le serbe est en projet, si ce n’est en préparation, bien que la date de parution ne puisse encore être établie. Il est donc probable que « Le Serbe » voie le jour d’ici deux à trois ans.
En outre, il y a effectivement des guides de conversation en croate, en serbe et en slovène.

En ce qui concerne cette dernière langue, ne la rattache pas au serbo-croate, car elle n’en a jamais fait partie, étant trop différente, surtout par sa grammaire.
La norme « serbo-croate », en grande partie artificielle, était justifiée tout autant, sinon plus, par des raisons politiques que purement linguistiques. Il est par conséquent assez logique que, ces raisons politique ayant disparu avec la Yougoslavie, on en revienne à une norme serbe et une norme croate distinctes, malgré le fait que les deux langues soient très proches (reporte-toi aux discussions que nous avons déjà eues à ce sujet sur ce bloc-notes).

Puisque nous parlons de la Yougoslavie, la quatrième langue slave de feu ce pays, le macédonien, est l’une des très rares d’Europe qu’Assimil ignore encore totalement : ni méthode, ni même guide de conversation. 🙁

Autre langue de Yougoslavie, mais n’appartenant pas au groupe slave, l’albanais est présenté dans un guide de conversation, et si tu as lu toutes les interventions des derniers mois, tu auras remarqué que nous sommes plusieurs à réclamer et espérer une méthode complète dans un avenir pas trop éloigné, si possible ! 😉

Bonne soirée.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 27/03/14 à 10h31

En ce qui concerne le macédonien, on peut très bien l’apprendre de façon indirecte en utilisant la méthode ASSIMIL de bulgare et le guide de conversation…
Le bulgare et le macédonien sont deux langues extrêmement proche; en Bulgarie, le macédonien est considéré comme une variante du bulgare.
Ce sont deux langues slaves qui ont la parti de cas cularité de ne pas avoir de cas de déclinaison et d’avoir des articles postposés comme en roumain et en albanais; forme typique des langues balkaniques.
Concernant l’albanais, il faut distinguer l’albanais d’Albanie (divisé en deux dialectes: le guègue et le tosque), et l’albanais du Kosovo qui est légèrement différent. Ce qui est sûr c’est que la langue albanaise gagne de plus en plus de terrain dans les balkans

Par Chris Keller-Kostakiotis le 27/03/14 à 10h39

** CORRECTION:
« Bulgare et macédonien sont deux langues slaves qui ont la particularité de ne pas avoir de cas de déclinaison…»

PS: Pas facile d’écrire un texte sur son smartphone sans que ça décale certaines lignes et certains mots (!!)

Par Michel BELLON le 27/03/14 à 15h32

Bonjour,

Le fait que les Bulgares voient dans le macédonien une variante de leur propre langue ne signifie pas que cette opinion est entièrement fondée.
En réalité, il y a plus de différences entre le bulgare et le macédonien qu’entre le serbe et le croate (ou entre le roumain et le moldave, qui sont quasiment identiques). Et si l’on suivait le raisonnement établit une unité entre bulgare et macédonien, on pourrait dire par exemple que l’italien est une variante de l’espagnol, ou le néerlandais une de l’allemand : cela est en partie vrai, mais tout dépend du point de vue… Là encore, des considérations politiques viennent (de part et d’autre) troubler la réalité purement linguistique.

Entre bulgare et macédonien, on peut relever un certain nombre de différences phonologiques :
– le système macédonien est plus riche en consonnes que le bulgare, ce qui est d’ailleurs en partie reflété par les alphabets des deux langues, qui diffèrent sur plusieurs points (et le macédonien compte 31 lettres au total, contre 30 pour le bulgare).
– l’accent (« tonique ») est très différent dans les deux langues, beaucoup plus fixe en macédonien (différence de même nature que celle, par exemple et pour rester dans le domaine slave, qui sépare le russe et l’ukrainien d’un côté, du polonais et du tchèque de l’autre).
– phénomène de « réduction » des voyelles inaccentuées plus important en bulgare qu’en macédonien.

On trouve aussi des différences grammaticales :
– système de l’article défini (effectivement postposé) à trois termes en macédonien et un seul en bulgare.
– système des pronoms personnels d’objet direct, qui reprennent souvent un substantif en macédonien (à l’instar de ce que l’on peut observer en roumain : Je LE connais le PROFESSEUR), alors que cela est beaucoup moins fréquent en bulgare standard.
– système verbal qui diverge sur certains points, notamment en ce qui concerne les modes (et qui, pour les deux langues, est beaucoup plus complexe que tout ce qui existe ailleurs dans les langues slaves modernes).

Enfin, il existe naturellement des différences dans le vocabulaire, au niveau des unités lexicales elles-mêmes, mais aussi dans la forme de certains suffixes.

Il est certes possible de se faire une idée du macédonien en étudiant le bulgare, mais pas meilleure que celle qu’on aurait du catalan une fois terminé le tout nouvel « Occitan ». 🙂

Bon après-midi à tous.

Par Michel BELLON le 27/03/14 à 15h36

Correction au message ci-dessus :$
…si l’on suivait le raisonnement QUI établit une unité entre bulgare et macédonien…

Merci,
Michel.

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 28/03/14 à 11h59

J’ai trouvé ces dernières contributions particulièrement intéressantes, surtout l’analyse des différences entre le macédonien et le bulgare.
Vivant dans le nord-est d’Italie et ayant étudié traduction à Trieste (à la frontière avec la Slovénie), je suis assez proche du monde balkanique. A l’université j’ai fait deux ans de slovène (dommage que mes professeurs étaient italiens ou slovènes de Trieste. Quand un professeur est arrivé de Ljubljana, je ne comprenais presque rien et j’ai dû arrêter), puis en 2010 j’ai passé trois mois à Sofia, en Bulgarie, pour un stage, ce qui m’a donné la chance de m’approcher du bulgare (pas avec Assimil, puisque je n’en avais pas le temps).
Pendant mes années universitaires, j’ai aussi abordé la méthode de serbo-croate, mais je n’ai pas appris grand’chose (vraisemblablement ma faute).
J’aimerais bien reprendre et approfondir toutes les langues balkaniques (après tout, mon but à long terme, c’est d’apprendre toutes les langues européennes – en atteignant au moins le niveau A2…), donc ce serait génial si Assimil se décidait à publier des méthodes pour ces langues (et, entre-temps, un guide de conversation pour le macédonien).
A propos des guides de conversation, cela n’intéressera peut-être personne, mais je suis l’auteur de la version italienne des guides de slovène et croate! 🙂
Bonne journée à Assimil et aux assimilistes!

Par raps le 29/03/14 à 23h45

Bonjour,

J’habite loin de la France, mais quand je suis à Paris, je suis curieux à la Fnac de voir vos nouveautés et récemment, j’ai apprécié pouvoir me procurer le russe et le perfectionnement arabe. Toutefois, j’aurais trois suggestions :

– un perfectionnement Brésilien ;

– un perfectionnement Turc ;

– un arabe égyptien, puis un perfectionnement dans cette langue ;

car si l’arabe moderne permet la compréhension de l’écrit dans tout le monde arabe, il faut ADMETTRE que NE CONNAITRE que cela est UN HANDICAP pour COMMUNIQUER avec les autochtones ; essayez de parler en arabe moderne : vous serez compris après deux secondes d’hésitation, par des Arabes ayant été scolarisés, mais il n’est pas sûr qu’on sache vous répondre dans ce registre, car jamais pratiqué ( même dans les débats télévisés, l’arabe du Maghreb est saupoudré de mots français, alors que les termes existent en arabe moderne ), on vous répondra, selon le pays dans lequel vous êtes, en DIALECTE TUNISIEN, MAROCAIN, ALGERIEN, EGYPTIEN, LIBANAIS… , selon l’adage : « chassez le naturel, il revient au galop ».

Pourquoi l’égyptien et non un autre ? Tout simplement, parce qu’il est compris par tous les Arabes, habitués qu’ils sont, aux télénovelas égyptiennes et si vous dîtes : « boukra » (demain), on vous comprendra et on s’efforcera de vous répondre avec des mots égyptiens. De plus, l’égyptien est plus facile à prononcer que l’arabe moderne (pas de « q » uvulaire, remplacé par un hamza), donc Vive une Koinè arabe orale qui permette d’être comprise et parlée par tous, car la fonction première d’une langue est quand même de pouvoir communiquer ! Oui, à l’arabe moderne pour l’écrit mais aussi Oui à un arabe oral facilitant la communication,
en l’occurrence, l’égyptien, car je ne vois pas quel autre dialecte serait à même de s’y substituer. Qu’en pensez-vous les Assimilistes ?

Par Yann V le 30/03/14 à 4h43

Bonjour,
Tout-à-fait d’accord avec Chris bien entendu. Je voulais juste dire que je conseillais la méthode du « serbo-croate sans peine  » en attendant la publication d’une nouvelle méthode de serbe (qui semble en projet donc). Cette méthode, conçue il y a plus de 40 ans, est effectivement éloignée de l’esprit des méthodes actuelles et décrit une réalité politique révolue. Avec toutes ces réserves, la présentation rapide de variantes régionales rarement évoquées (même croates) demeure intéressante, comme les extraits littéraires et certains points grammaticaux que Chris a évoqués.
En effet, l’adaptation du guide de conversation en madéconien de Kauderwelsch serait évidemment bienvenue.
.

Par Eahjeem le 31/03/14 à 21h43

Please, if possible I would like to know what is the relationship between Kauderwelsch and Assimil « de poche » and why they are re-making from scratch all the « pocket languages ».
I would really dream to see the German and the Italian dialects in this series.
Thank you

(escusez moi je n’ai pas le clavel Francais)

    Par Éditions Assimil le 02/04/14 à 9h40

    Hi, we’v bought in and adapted many titles from Kauderwelsch in the past, but now for the main languages it’s important that Assimil creates his own. Especially because we have to adapt the contents for digital formats. We go on selling the ‘niche’ languages we did from Kauderwelsch in la collection de poche.

Par Fanfan le 28/04/14 à 11h35

@ Eahjeem
Hi, about the Italian dialects, you can find three on Assimil Italia website: http://www.assimil.it/collana.php?ID=3
They published Friulian, Genoese and Piedmontese in their collection Evasioni.

Par Toto le 02/07/14 à 22h07

Bonjour,
Merci pour ce perfectionnement russe (avec du retard).
Je voulais savoir si un perfectionnement portugais était prévu prochainement ?

    Par Éditions Assimil le 03/07/14 à 10h39

    Non, ce n’est pas prévu pour le moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 07/07/14 à 0h55

Voici mes attentes et mes souhaits ASSIMIL à court/moyen/long terme:

Ouvrages déjà prévus:

– Le tchèque (nouvelle édition)
– Le danois (nouvelle édition)

Ouvrages souhaités:

– Le serbe (méthode complète)
– Le bulgare (méthode remise à jour)
– Le polonais (perfectionnement)
– Le finnois (méthode remise à jour)
– Le grec moderne (méthode remise à jour, voire refaite)
– l’arabe égyptien (méthode complète)
– Le thaï (nouvelle méthode complète avec enseignement de l’écriture thaï)
– Le coréen (nouvelle méthode entièrement refaite)
– Remise sur le marché des méthodes « sans peine » de tamoul, d’arménien, et d’alsacien sous forme numérisée (si l’édition papier coûte trop cher…)

Bon, je m’arrête là dans mes exigences d’assimilien ….. 🙂

Par Alain P. le 11/08/14 à 20h08

Bonjour,

Qu’en est-il de l’espéranto ? Actuellement, il n’existe que dans la collection « évasion ». Mais il existait auparavant une méthode « sans peine » qui n’est apparemement plus disponible depuis pas mal de temps. Une nouvelle méthode serait-elle en projet ? Ou bien cela n’intéresse personne ?
Merci de votre réponse.

    Par Éditions Assimil le 26/08/14 à 9h23

    Bonjour Alain, l’espéranto faisait hélas des ventes confidentielles. C’est la raison pour laquelle il a quitté le catalogue.

Par denoyelles le 20/08/14 à 16h51

ce qui m’intéresse , c’est le thai orthographié en thai !
j’ignore l’étendue du marché pour cette langue , mais l’actuelle introduction est trop courte et uniquement en français .
j’ai trouvé sur you tube , une méthode extraordinaire pour apprendre l’alphabet thai et les tons ; donc je pourrai lire un texte thai assimil .
Comme le chinois , le thai est une langue grammaticalement fort simple ; il importe toutefois de se familiariser avec les tons .
je suis content de lire au sujet du coréen , que d’autres partagent mon point de vue : texte écrit en trop petits caractères .
concernant la langue , structure analogue au japonais .

Par Chris Keller-Kostakiotis le 20/08/14 à 19h46

Les méthodes ASSIMIL actuelles pour le thaï et le coréen ne valent rien (désolé !…)
Elles doivent entièrement être refaites avec une langue plus actuelle pour le coréen, des caractères plus lisibles, et pour le thaï, l’enseignement détaillé de l’écriture et des tons.

Par Jean-paul le 20/08/14 à 21h11

bonsoir Chris,

je suis d’accord avec toi. bien qu’ayant étudié le coréen avec M. Fabre, je trouve la méthode de coréen peu abordable. une police de caractère trop petite, une approche trop rapide de la langue et au final du découragement.
quant au Thai, je regrette l’absence d’introduction à l’écriture, mais je dois dire qu’elle m’a été utile lors de mes séjours en Thailande -pas dans la lecture, mais dans la pratique orale.

Par Jean-paul le 20/08/14 à 21h13

bonsoir Denoyelles
peux-tu partager l adresse youtube pour apprendre l’écriture thai?

Par jean-Paul le 24/08/14 à 15h35

Chris, j’ai commandé ces 2 ouvrages , je ne les ai encore reçu. Nice est loin!
j’attends le cantonais pour lequel Assimil m avait contacté,

cette semaine je pense recevoir les ouvrages.

Quelqu’un veut-il apprendre le Khmer avec moi (échange de mails, partage de nos progrès…. )

Par jean-Paul le 24/08/14 à 15h35

zut, une faite d orthographe

Par Chris Keller-Kostakiotis le 24/08/14 à 16h56

Une faute d’orthographe, une fois qu’elle est envoyée sur ce blog, on ne peut plus la corriger !! 🙂
Le problème sur ce blog c’est que dès qu’on envoie un message, on ne peut plus revenir dessus pour le modifier ou l’effacer comme on peut le faire sur les réseaux sociaux !
ASSIMIL devrait à cet effet modifier le paramétrage informatique de ce blog.

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 25/08/14 à 16h10

Je vais ajouter (quelques-uns de) mes souhaits:

MÉTHODES SANS PEINE
– le slovène
– le serbe
– le slovaque
– le lituanien
– le letton
– le géorgien
– l’islandais
et toutes les autres langues européennes

PERFECTIONNEMENTS
– le portugais (européen et/ou brésilien)
– le polonais
– le roumain
et d’autres langues (pas forcément toutes celles qui ont une méthode…)

AFFAIRES
– l’allemand
– l’espagnol (nouvelle édition)
– le français (pour étrangers)
– le portugais / brésilien
– le russe
– l’italien
etc.

ARGOT
– français pour étrangers
– allemand
– russe
– portugais / brésilien
– espagnol d’Amérique

Je vais m’arrêter là pour l’instant. J’espère qu’au moins certains de mes vœux seront tôt ou tard exaucés.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 05/09/14 à 20h49

Mystère informatique:

les CD audio simples vendus avec les packs ASSIMIL s’enregistrent très bien sur mon PC (Windows Media Player), mais une fois que je les transfère vers un périphérique (lecteur MP3 ordinaire); le périphérique ne les enregistre pas alors que le PC mentionne « élément synchronisé avec le périphérique » sans aucun message d’erreur…
Problème de format ?
Ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas un problème d’espace disponible sur le périphérique…

Mon lecteur MP3 est un smartphone Samsung Galaxy S III;
je peux y transférer tout ce que je veux, sauf les CD audio ASSIMIL (J’évite le CD MP3 vendu avec le pack car il est beaucoup trop long à extraire sur le PC et à tranférer sur Windows Media Player…)

Sur les 12 Go d’enregistrements audio ASSIMIL que j’ai sur mon PC, rien n’est transféré sur mon MP3 qui fait 32 Go !

Quelqu’un a une idée ??

Par Fabrice le 14/09/14 à 15h55

Bonjour,

J’aimerais savoir si vuos planifiez de sortir un assimil perfectionnement Indonésien ou si le marché est trop petit

merci

    Par Éditions Assimil le 15/09/14 à 11h01

    Bonjour. Il est un peu trop tôt pour cet ouvrage. Mais l’évolution de l’Indonésie nous fera peut-être changer d’avis sous peu !

Par Fábio le 07/10/14 à 10h07

good day,
I do also speak french but I feel more confortable writing in english.
I am found of greek and I have bought your « grec sans peine « .
Unfortunatelly, it’s pretty old and I think it might be updated.
I would also like to know if ( and when ) you are preparing an advanced greek course.
Thanks for your kind reply and best Regards from Spain

    Par Éditions Assimil le 07/10/14 à 16h30

    Hi Fábio, thanks for your message. Yes, The grec sans Peine is quite old, we know that. It needs to be updated for sure. There’s no plan for an advanced greek course for the moment.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 05/11/14 à 21h17

Bonjour,

– Le pack de polonais n’est plus sur le site;
l’ouvrage a t’il été discontinué ou une nouvelle édition/impression va sortir ?

– D’autre part, parmi celles et ceux qui ont étudié le polonais avec la méthode ASSIMIL; quelle édition vous a semblé la plus adaptée et la mieux conçue; celle de 1985 ou celle de 2003 (les deux éditions ont été écrites par Barbara Kuszmider) ?

Par Chris Keller-Kostakiotis le 05/11/14 à 21h22

Bonjour,

– Le pack de polonais n’est plus sur le site.
L’ouvrage a t’il été discontinué ou bien une nouvelle édition/impression est en cours ?

– Parmi celles et ceux qui ont étudié le polonais par la méthode ASSIMIL; quelle édition vous a semblé la mieux adaptée et la mieux conçue ? Celle de 1985 ou celle de 2003 ?
(Les deux éditions ont été écrites par Barbara Kuszmider).

Par Chris Keller-Kostakiotis le 31/12/14 à 20h47

Un guide de conversation ASSIMIL « l’ukrainien de poche » a été publié en Pologne en 2010 sous le titre « Ukraiński kieszonkowy ».
Pourquoi ce guide n’a pas été traduit et publié en France pour compléter le pack d’ukrainien qui existe déjà ?

Par Chris Keller-Kostakiotis le 31/12/14 à 20h53

Un guide de conversation ASSIMIL « L’ukrainien de poche » a été publié en Pologne en 2010 sous le titre « Ukraiński kieszonkowy ».

J’ai pu acheter ce guide (très bien fait) sur internet.

Je me demandais pourquoi ce livre n’a pas été traduit et publié en France pour compléter le pack d’ukrainien qui existe déjà…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 31/12/14 à 20h54

Désolé pour le doublon !

Par Michel BELLON le 01/01/15 à 16h44

Bonjour Chris,

Effectivement, il faut toujours faire attention à ce qui est publié par Assimil dans les autres pays.
Outre le guide de conversation que tu mentionnes (Ukraiński kieszonkowy, L’ukrainien de poche), il y a également en Pologne un guide de la génération précédente (série « Évasion ») intitulé « Gwara górnośląska » (Le dialecte haut-silésien). C’est donc un volume consacré à une langue locale, comparable à ceux publiés en Italie pour le génois ou le frioulan, et par conséquent avec peu de chances qu’il soit adapté chez nous.
Je suppose que tu lis le polonais, et tu pourras donc essayer de te procurer ce volume si tu ne l’as déjà, mais il est malheureusement difficile à trouver maintenant, même d’occasion, car il a été publié en 2005. Je n’en ai hélas qu’un exemplaire, mais j’espère que tu pourras quand même arriver à mettre la main dessus, si ça t’intéresse.

Pour l’ukrainien, il ne me paraît pas non plus très probable qu’Assimil adapte le guide polonais en français étant donné que la série « de poche » est en voie de disparition (plusieurs titres sont déjà sortis du catalogue…) pour être remplacée depuis bientôt 2 ans par les nouveaux guides avec téléchargements audios dont il existe déjà plus de 20 titres. Si cela pouvait inciter l’éditeur à faire un effort, je serais presque prêt à proposer d’adapter moi-même Ukraiński kieszonkowy 😀 , bien que je manque cruellement de temps pour me consacrer un peu plus aux langues…

Par le passé, Assimil avait publié un Taalpocket Hindi (en néerlandais, donc), bien avant de sortir la version française. J’avais moi aussi écrit à l’époque (ce bloc-notes n’existait pas encore) pour demander si l’ouvrage allait être adapté en français, mais il m’avait été répondu d’une façon un peu imprécise que, puisqu’une méthode complète de hindi était disponible, il n’était pas nécessaire qu’il y ait aussi un guide de conversation ! Je n’ai pas poursuivi la discussion, mais la personne qui m’avait répondu n’était visiblement pas très au courant qu’il existait déjà à ce moment-là de nombreuses langues ayant à la fois une méthode complète et un guide 🙂 Bon, finalement, deux ou trois ans plus tard, Assimil a bel et bien publié le hindi de poche !

Bonne année polyglotte et linguistique, Assimilement riche, à toi et tous les amis du bloc-notes !
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 01/01/15 à 21h03

J’ai pu acheter par internet le guide de conversation publié en Pologne « Ukraiński kieszonkowy » (« L’ukrainien de poche ») aux éditions ASSIMIL.

Ce livre publié en 2010 est très bien fait et construit exactement comme tous les autres guides de conversation ASSIMIL de l’ancienne génération (c’est à dire, les mieux !…)

Je comprends qu’un guide polonais pour le dialecte haut-silésien ne puisse pas s’adapter pour un public francophone, mais un guide de conversation pour l’ukrainien aurait très bien pu être publié en France avec la méthode complète.

Il est étrange que cet ouvrage ne soit disponible qu’en polonais (à moins que le nom d’ASSIMIL ai été utilisé abusivement…)

Par Serbero le 03/01/15 à 14h01

Bonjour,
J’ai passé en revue le catalogue d’assimil de 2015 et j’aimerai à ce propos poser quelques quetions à l’éditeur:
– Dans le catalogue, on peut voir que les titres à parraître ne dépassent pas le mois d’avril: cela veut-il dire que vous n’avez pas voulu annoncer toutes nouveautés à l’avance ou qu’il n’y aura aucune sortie de prévue au-delà (ce qui m’étonnerait)?
– Sur le long terme, la collection « langues de poches » est-elle vouée à disparaître au profit des « guides de conversation » (qui m’ont d’ailleurs assez déçu je l’avoue)?
– Quelle est la différence entre « l’anglais de travail » et « l’anglais des affaires? J’ai personellement du mal à voir la différence profonde entre les deux sujets et donc les deux ouvrages…
Merci beaucoup et bone année!

Par Chris Keller-Kostakiotis le 03/01/15 à 18h15

Bonjour,

Je suis tout à fait d’accord;
les nouveaux guides de conversation ASSIMIL sont très décevants et de mauvaise qualité par rapport aux anciens de la collection « langues de poche ».
Ces derniers, une fois adaptés en français, étaient encore mieux que ceux de l’édition allemande d’origine « Kauderwelsch – Wort für Wort ».

Le seul point positif des nouveaux guides de conversation ASSIMIL, c’est le dessin sur la couverture qui est esthétique, coloré, et très représentatif du pays où on parle la langue enseignée.
Par contre, dès qu’on ouvre le livre, c’est austère, incomplet, mal construit, et très décevant.
En plus, les dessins humoristiques emblématiques des ouvrages ASSIMIL depuis toujours ont été occultés dans ces guides !

Je sais qu’il faut aligner les prix à la concurrence et publier des guides moins chers, mais ça ne justifie pas d’en sacrifier la qualité.

J’ai du formuler cette critique de très nombreuses fois, mais je le pense vraiment !

Maintenant que ces nouveaux guides de conversation ont été lancés, je doute que les éditions ASSIMIL reviennent en arrière…

Par Michel BELLON le 03/01/15 à 20h36

Bonjour Serbero et Chris,

Je vais faire une chose que je déteste en principe, et que je n’ai donc fait que très rarement… c’est critiquer moi aussi (un peu) Assimil.

Je partage entièrement votre avis sur les nouveaux guides. En plus, Chris, j’ajouterai que les anciennes couvertures, avec un petit personnage habillé en costume national, lui aussi très représentatif du pays ou de la région dont la langué était présentée, me paraissaient bien plus esthétiques et intéressantes que celles d’aujourd’hui, qui rappellent, tout au mieux, ce que l’on voit dans les brochures d’agences de voyages (et je sais de quoi je parle : je travaille dans le tourisme ! :d).
Mais le plus grave, c’est la perte importante de qualité du contenu que l’on constate. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse, dit-on. Or, maintenant, non seulement le flacon ne me plaît pas beaucoup, mais l’ivresse est de moins en moins souvent présente au rendez-vous… 🙁
D’une manière générale, depuis déjà un certain temps, j’éprouve une vague inquiétude devant les tournants pris au fil des publications. Il m’arrive d’en parler en privé avec d’autres amateurs de langues, et je crois avoir eu l’occasion d’évoquer ce sentiment une ou deux fois déjà sur ce bloc-notes. Mais vos messages d’aujourd’hui me fournissent l’occasion de l’exprimer encore. Je redoute en effet qu’Assimil aille peu à peu vers une sorte de « facilité », qui serait bien en phase avec un « laisser-aller » correspondant, hélas, à l’état d’esprit du moment dans certains domaines, un manque d’exigence, ou plus exactement d’ambition, qui peut sans doute plaire à beaucoup, mais qui fait aussi perdre, pour moi comme pour pas mal d’autres, beaucoup d’intérêt et de plaisir à la découverte.

Ce n’est pas nouveau. La première fois que j’ai réfléchi à la question, c’était lors de la publication du Polonais, deuxième édition de la méthode consacrée à cette langue, qui avait remplacé le Polonais sans peine (et qui va elle-même bientôt disparaître au profit d’une troisième version). Là, tout était dit dans la préface : on parlait de « simplifier » la méthode précédente, jugée trop ardue. Comme si les faits relatifs à la langue pouvaient disparaître par magie et qu’il suffisait de les présenter différemment pour les rendre plus accessibles… Bon, c’est vrai, je joue l’avocat du diable là, car j’ai une très longue pratique de l’étude et même de l’enseignement (non professionnel) des langues, et je sais parfaitement que la voie pédagogique choisie a un effet considérable sur la façon dont l’apprenant va être plus ou moins réceptif à l’enseignement reçu (de totalement à pas du tout), et donc va ASSIMILer ou non la matière qu’il est censé faire sienne. Mais en ce qui concerne le Polonais, le contenu même de l’enseignement était atteint et la visée de la méthode était rabaissée. Le référentiel européen, avec son découpage en niveaux A1, A2, B1, etc…, apparu à peu près à la même époque, est très probablement à l’origine de cette limitation. En toute logique, pour justifier de façon convaincante sa démarche, Assimil aurait dû remplacer le Polonais sans peine par deux nouveaux ouvrages, le Polonais, accompagné simultanément ou un peu plus tard par un Perfectionnement polonais… qui n’a encore pas vu le jour.
Autre exemple, puisqu’on parle des perfectionnements (et même si les causes sont certainement à chercher ailleurs) : la désinvolture avec laquelle a été publié le Perfectionnement russe, au point que l’éditeur a été contraint d’en faire un second tirage à peine 6 mois plus tard (obligeant au passage les lecteurs sérieux et méticuleux à racheter un exemplaire de l’ouvrage).
Enfin, je mentionnerai la prestation d’Assimil au 69ème congrès des experts-comptables (ceux qui ne l’ont pas encore fait peuvent regarder la vidéo disponible ici, à la date du 3/11/2014), qui me semble révéler des aspects d’une politique éditoriale très « dans l’air du temps », avec tout ce que cela a de positif… mais aussi de moins positif, malgré tout le talent et l’aisance de Nicolas Ragonneau.

Comme je l’ai dit, je suis non seulement un « fanatique » des langues 😉 mais aussi un collectionneur de longue date des publications d’Assimil : je crois pouvoir affirmer que je les possède TOUTES depuis environ 50 ans, y compris celles qui ne sont sorties qu’à l’étranger, comme les petits guides de conversations d’Italie ou de Pologne dont nous avons parlé dans un autre message, ou l’ancien Catalán sin esfuerzo qui a longtemps été la seule méthode de catalan existante. Je me replonge donc régulièrement dans les anciennes méthodes, et j’y trouve souvent des choses qui manquent aux plus nouvelles, même si (et c’est heureux), je précise, pour ne pas finalement passer pour un « vieux râleur » désormais coupé du présent :d, que je trouve toujours énormément de bonnes choses dans les méthodes actuelles, et que de toute façon je continuerai à m’y intéresser de très près. Mais il me semble qu’il faut peut-être de temps en temps rappeler à notre éditeur favori qu’au-delà les préoccupations économiques bien légitimes et compréhensibles, c’est en dernier ressort l’excellence du contenu, sa consistance et sa solidité qui feront sa réputation et son succès pendant au moins les 85 prochaines années, alors que l’abandon de ces principes (mais nous n’en sommes pas encore là, globalement) risquerait de le plonger dans une banalité qui empêcherait l’apparition de nouvelles générations d’enthousiastes.

Bonne soirée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 04/01/15 à 1h55

C’est vrai que lorsqu’on a étudié une langue avec les anciennes méthodes ASSIMIL, l’étude était beaucoup plus approfondie qu’avec les nouvelles méthodes.
Hormis le fait que le vocabulaire et les dialogues soient adaptés à l’époque et aux technologies actuelles; avec les nouvelles méthodes, le niveau de langue atteint est inférieur par rapport aux anciennes méthodes.

Le pire, c’est que depuis l’édition revue et corrigée du perfectionnement russe, on finit par se demander s’il y aura également des erreurs sur les prochains ouvrages à paraître;
ça laisse planer le doute…
Espérons qu’il n’y ai pas ce problème sur les nouvelles versions de polonais, de tchèque, et de danois !

Pour reparler des guides de conversation ASSIMIL, en y repensant, c’est vrai que les anciennes couvertures avec le personnage caricaturé en costume national était très représentatif du pays de la langue enseignée, mais il a été jugé comme ringard par certains, et ensuite il a été remplacé par un dessin absolument immonde et laid (!) mais au moins, le contenu de l’ouvrage était de bonne qualité (car c’était toujours la collection « langues de poches »).

Maintenant, c’est vrai que l’illustration de la couverture des nouveaux guides ASSIMIL fait un peu brochure d’agence de voyage (mais sans être trop moche); malheureusement le contenu de l’ouvrage est de mauvaise qualité (eh oui, je me répète, mais je le pense tellement fort !!…)

Les éditions ASSIMIL ont voulu créer leur propres guides de conversation; elles auraient du suivre le même modèle et la même présentation que les anciens guides de conversation de la série « langues de poche », peut-être légèrement modifiée pour des questions de droit et de copyright, vu que la série « évasion – langues de poche » était l’adaptation d’une édition allemande.

Si tous les lecteurs qui sont déçus par les nouveaux guides ASSIMIL s’expriment sur ce blog, on peut toujours espérer qu’ASSIMIL change son fusil d’épaule…

Par Olivier le 04/01/15 à 21h16

Les « Assimils », il faut les collectionner ! Je le sais depuis l' »Allemand des Affaires » ou le Serbo-croate, sinon c’est comme les « Langues de poche » qui sont remplacés par les « Guides de conversation » comme l’Arabe Marocain .. Ils sont différents, c’est vrai, sans doute les « Langues de poche » étaient trop proches des « sans peine », concernant le volume de vocabulaire ? Mais dans l’ensemble, Assimil c’est quand même très bien, il faut être surtout patient … M’exprimant sur ce blog comme le propose Chris, j’espère surtout un vrai forum , il y a des discussions intéressantes ici, mais les fils sont vite perdus.

Par Michel BELLON le 05/01/15 à 21h53

Bonsoir Olivier,

Te souviens-tu (ou sais-tu) qu’il y a même eu dans les années 70 un Néerlandais des affaires ?!!
Ou bien un Anglais des sciences ? Et plus anciennement encore (je l’ai mentionné dans l’un de mes récents messages) une Pratique du néerlandais ? Et aussi des méthodes complètes pour enfants : l’Anglais par la bande dessinée (2 volumes + fascicule de grammaire), Auf geht’s et Es geht weiter (les deux volumes consacrés à l’allemand), ainsi que, pour le français sur base anglaise Let’s Learn French ?
Aucun de ces titres n’a été remplacé : Assimil ne propose plus de cours pour enfants, et le développement attendu par beaucoup de la série des perfectionnements, même pour des langues majeures (portugais, chinois, japonais…) se voit bloqué pour des raisons d’absence de marché ou de déficience des distributeurs (soyons justes : il est vrai toutefois que les perfectionnements Arabe et Russe sont venus récemment compléter la série). Quant aux langues des affaires, elles semblent abandonnées maintenant, si ce n’est pour l’Anglais du travail paru il y a quelques mois.

Ainsi, oui, il est sage, si l’on se passionne pour l’éditeur, de collectionner les parutions sans trop tarder à les acheter, car elles ont malheureusement parfois une durée de vie assez courte. Je n’en veux pour preuve que le sort réservé à l’Alsacien ou à l’Arménien. Et sans avoir l’âme d’une Cassandre, je ne parierais pas trop cher sur le maintien durable de la petite méthode de luxembourgeois de l’an dernier…

Bonne soirée,
Michel.

Par pascal le 05/01/15 à 23h22

Apparemment Assimil a préféré sortir des méthodes pour apprendre le yiddish, l’égyptien ancien et le sanskrit…sans doute qu’une étude de marché leur a apporté la preuve que c’est ce que le public attendait !

Par Michel BELLON le 06/01/15 à 8h32

Bonjour Pascal,

En effet, lorsqu’on voit que de telles méthodes ont été publiées, on peut légitimement s’interroger sur l’argument du « marché » qu’Assimil a mis en avant à plusieurs reprises depuis que ce bloc-notes existe pour justifier l’absence de projets pour des langues que, pourtant, beaucoup de personnes réclament (albanais, islandais…).
Cela dit, je suis tout à fait heureux que l’éditeur ait publié aussi les méthodes que tu cites, et d’autres encore qui concernent des langues « rares ». Il doit y avoir de la place pour toutes.

Bonne journée,
Michel.

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 06/01/15 à 19h54

Bonsoir et bonne année à tous,
et merci pour vos messages intéressants. Je me régale toujours en les lisant, parce que j’apprends toujours quelque chose de nouveau. Je n’étais pas à connaissance de l’existence des méthodes pour enfants, de l’allemand pour les affaires et d’autres publications ayant désormais disparu.
Je partage aussi votre déception face aux nouveaux guides de conversation et à la politique d’ASSIMIL qui tend à simplifier les choses au risque de commettre des erreurs (comme dans le Perfectionnement russe: heureusement je ne l’ai pas encore acheté, j’en attendrai peut-être la traduction en italien, vu que la nouvelle réimpression n’a paraît-il pas corrigé tous les erreurs) ou de renoncer à la qualité des ouvrages. J’ai trouvé le nouveau cours de suédois plutôt décevant (d’autant plus qu’il a été très mal adapté en italien. Étant traducteur et ayant adapté moi-même les Slovène et Croate de poche, je sais désormais ce qu’il faut faire pour bien adapter…), donc je me suis procuré la version des années 70 qui me paraît plus riche.
Par ailleurs, je dois reconnaitre que certains nouveaux cours m’ont bien satisfait, comme le Catalan (« El catalán sin esfuerzo » est à mon avis trop compliqué pour un débutant. Après plus d’un mois, je ne savais toujours pas me présenter ou poser des questions de base, ainsi j’ai acheté le nouveau cours et je compte utiliser l’ancien comme une sorte de perfectionnement) et le Néerlandais. Dans les deux cas, cependant, j’ai trouvé pas mal de fautes qu’il ne faudrait pas trouver dans des ouvrages de référence comme les Sans Peine…
Pour ceux parmi vous qui souhaitent qu’Assimil publie de nouvelles méthodes (islandais, lituanien etc.), sachez que j’ai demandé dans la page Facebook d’Assimil s’il y avait des nouveautés à propos du projet de financement participatif. On m’a répondu que le projet est toujours d’actualité même s’il n’a pas beaucoup avancé en 2014. Espérons donc qu’il avance davantage en 2015!
Bonne soirée d’Italie,
Michele

Par Chris Keller-Kostakiotis le 06/01/15 à 20h09

Bonsoir,

C’est vrai que l’on commence à douter sur l’argument du « marché »…
Il est même surprenant qu’il n’existe pas une méthode au moins pour chaque langue européenne (chaque langue de l’Union Européenne et chaque langue de pays européen hors U.E.).

C’est également vrai que des langues comme l’islandais, les langues baltes (lituanien et letton), l’estonien, le slovène, le slovaque, le macédonien, et l’albanais sont « boycottées » pour soit disant des raisons de marché « frileux » !
Mais qu’en est-il vraiment ?

Sans compter l’utilité d’avoir des perfectionnements pour les langues majeures (portugais, chinois-mandarin, japonais, hindi…)

Enfin, le point positif, c’est que dans le catalogue ASSIMIL 2015, même s’il n’y a pas beaucoup de nouveautés; il n’y a pas eu de « génocide » massif comme dans le catalogue 2013 !

Il me semble plus sage de se procurer chaque méthode ASSIMIL car sa « durée de vie » peut être aléatoire…

Par Michel BELLON le 06/01/15 à 23h03

Buona sera Michele !

Je suis moi aussi heureux de voir que ce bloc-notes se réanime un peu, car il semblait s’être un peu endormi récemment.

Je suis tout à fait d’accord au sujet du Catalán sin esfuerzo, qui était une méthode assez étrange au regard de tout ce que faisait Assimil à l’époque dans la collection Sans peine. Les leçons étaient beaucoup plus longues, comparables à celles de la collection Pratique, et celles de révision abordaient des points de grammaire qu’on n’étudie généralement pas au niveau débutant, comme par exemple la composition lexicale. Le niveau en principe atteint à la fin de cette méthode était supérieur à celui des autres, et c’est bien en perfectionnement que je l’ai réétudiée après avoir terminé le Catalan plus récent (qui, soit dit en passant, n’apparaît déjà plus sur le site Assimil quand on recherche le matériel disponible pour cette langue : autre victime du « génocide » déploré par Chris ?…).
On peut imaginer que, publiée en 1979, donc peu de temps après la transition démocratique en Espagne, le Catalán sin esfuerzo avait une visée qui n’était pas uniquement linguistique. D’ailleurs, certaines leçons comportent des textes très « militants » (voir surtout celles consacrées à l’histoire de la Catalogne, à partir de la 57ème).
On peut penser aussi que les raccourcis et le manque d’explications, qui vont à l’encontre des principes pédagogiques d’Assimil, surtout tels qu’ils étaient appliqués autrefois, sont dus au fait que les méthodes d’étude du catalan publiées en Espagne se sont souvent appuyées sur l’idée (bien souvent trompeuse) que la proximité entre les deux langues rendait superflue l’exposition détaillée de certains points de grammaire ou de vocabulaire.
Quoi qu’il en soit, ce Catalán sin esfuerzo, qui n’a jamais été traduit dans une autre langue et est donc longtemps resté le seul ouvrage d’Assimil consacré au catalan, ne pouvait pas ne pas faire partie de ma collection ! 😀

Par ailleurs, comme tu l’as vu, je partage la même inquiétude que toi au sujet de la baisse de qualité que l’on commence à observer dans quelques titres parmi les plus récents (heureusement, cela n’a pas encore atteint un niveau alarmant). Il ne faudrait en effet pas qu’Assimil perde un peu trop de vue les principes de son fondateur visionnaire. J’ignore si ses dirigeants sont sensibles, comme c’est le cas dans beaucoup d’autres sociétés œuvrant dans divers domaines, aux sirènes (certes souvent convaincantes) des « communicants » et « experts en marketing », mais il ne faudrait pas que le souci bien légitime de modernité et du « tournant technologique » aujourd’hui indispensable aboutisse à une perte de l’excellence qui a toujours caractérisé cette maison.

Bonne soirée,
Michel.

Par pascal le 09/01/15 à 5h38

Merci pour les réponses…
Il en faut pour tous les goûts…
Même si j’avais acheté el catalan sin esfuerzo, j’ai pourtant acheté aussi le Catalan…quitte à le laisser plus ou moins dans un coin…
Mais soyons fairplay, faut quand même le temps de rédiger -et enregistrer !- une méthode…et Assimil aime le travail puisque même en disposant d’une transcription en thaï de son ouvrage, la rédaction a préféré empêcher sa diffusion… (je présuppose que depuis les années 1920 l’équipe a changé, sinon ceci expliquerait cela…soit dit en plaisant- tant…)
Une chose étonnante quand même : Assimil aurait sorti une méthode de perfectionnement russe (dite) déplorable ! Alors là…quelle surprise ! En plus je l’ai acheté sans rien noter de spécial…je dois être distrait…heureusement que je lis toujours à moitié…j’ai dû ainsi pouvoir éviter leurs bourdes…Euh…j’espère que ce genre d’erreur n’est pas monnaie courante…Qu’es-ce qui a pu se passer ?
Serait-ce que le temps passer à s’occuper à interdire la diffusion de la transcription en thaï a distrait du perfectionnement russe…?
Maintenant Assimil est devenu multinationale alors que Alphonse travaillait à la gomme et au crayon…non ?
Meilleurs voeux…et l’an prochain, si on est…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 09/01/15 à 22h59

Le premier tirage du perfectionnement russe n’a tout simplement pas été relu correctement avant sa publication…

En espérant qu’il n’en soit pas de même pour les prochains ouvrages à paraître.

Par pascal le 13/01/15 à 22h34

En réponse à Chris K K…
J’espère que l’ouvrage le Cantonais et celui le Khmer n’ont pas des erreurs comme l’ouvrage le Perfectionnement Russe…mais y a pas de raison….

Par Claude Laporte le 14/01/15 à 11h35

Honte à moi, mais je ne me suis pas encore rendu compte d’erreurs dans la méthode de perfectionnement russe.
Si j’ai un reproche à faire à cette méthode, c’est que l’auteur a oublié que la méthode Assimil est la méthode QUOTIDIENNE Assimil. Or, la plupart des leçons sont trop longues pour être menées à bien en une journée. La matière des 70 leçons aurait dû être répartie sur 100 leçons comme dans une méthode de base.
Pour le reste, s’agissant de la comparaison entre les anciennes et les nouvelles méthodes, je trouve en tout cas que les méthodes actuelles d’arabe et de russe sont meilleures que les éditions précédentes: l’arabe parce que la nouvelle méthode prévoit l’apprentissage progressif de l’écriture, et le russe parce que la méthode actuelle (Melnikova-Suchet) est vraiment utilisable, ce que n’était pas la méthode publiée dans les années 1990 (Dronov / Matchabelli / Gallais). Opinion 100% subjective, mais, à mes yeux, il n’y a pas de doute du point de vue pédagogique.

Par Michel BELLON le 14/01/15 à 14h59

Bonjour Claude,

Peut-être as-tu la deuxième édition du Perfectionnement russe ? Elle a été faite assez rapidement, et si tu n’as pas acheté cette méthode dès sa parution, il est possible que tu aies échappé aux erreurs ou coquilles dans les notes explicatives.

En ce qui concerne les leçons maintenant, attention, car nous sommes au niveau perfectionnement, et il est donc normal qu’elles soient plus longues que celles de la méthode de base. Un apprenant maîtrisant déjà le Sans peine doit pouvoir étudier en un jour une leçon du Perfectionnement. Et même s’il ne le peut pas, rien n’empêche d’en étaler l’étude sur deux ou trois jours. Je ne crois pas que « méthode quotidienne » veuille forcément dire que chaque leçon ou unité peut être assimilée en un jour. Cela implique surtout que l’apprenant travaille chaque jour, c’est le point le plus important. Ensuite, chacun progresse selon le temps dont il dispose et les connaissances qu’il a déjà acquises.
Si l’on examine les anciennes méthodes « Sans peine » et « La pratique de… », on constate le même écart, les leçons des méthodes de second niveau comptant jusqu’à une trentaine de « phrases » et pouvant s’étendre sur 7 ou 8 pages.

Pour l’arabe, la nouvelle méthode est plus agréable aussi par sa typographie. Dans celle des années 70, les textes arabes étaient manuscrits, ce qui n’était visuellement pas très beau, car il s’agissait de manuscrit « de base », sans doute en raison d’une difficulté à imprimer directement en arabe (ce qui est étonnant, même pour l’époque), et non pas une tentative de calligraphier les textes.

Quant au russe sans peine, tu compares celui d’aujourd’hui avec celui des années 90. Mais as-tu vu la version précédente, celle d’Alphonse Chérel ? Dans le contexte pédagogique de l’époque, bien différent de celui d’aujourd’hui, c’était une vraie merveille.

Bonne journée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 15/01/15 à 1h18

Bonsoir,
en parlant de merveilles parmi les anciennes méthodes ASSIMIL;
le serbo-croate « sans peine » paru en 1972 était une vraie merveille tant linguistiquement que pédagogiquement, même si les dialogues ont beaucoup vieilli (les dialogues décrivent la Yougoslavie des années 1950-1960).
Les leçons étaient majoritairement en serbe (leçons en alphabet latin et cyrillique) avec quelques textes croates, bosniaques, monténégrins, et surtout un excellent appendice grammatical à la fin du livre.

Seul reproche: il n’y avait pas de lexique à la fin.

(Cet ouvrage est épuisé, mais on peut encore le dénicher d’occasion sur internet).

La méthode de croate parue en 2012 est assez ordinaire et ne va pas en profondeur comme l’ancienne méthode de serbo-croate.
C’est une méthode 100% croate, donc la logique voudrait qu’il y ai également une méthode de serbe qui puisse être publiée par ASSIMIL dans un futur pas trop lointain (même si serbe et croate sont deux variantes d’une même langue, et donc très proches).

Par Michel BELLON le 15/01/15 à 8h39

Bonjour,

Excellente occasion pour rappeler que nous avons discuté la question d’un futur Serbe, établi quelques comparaisons entre le serbe et le croate, et évalué l’ancien Serbo-croate sans peine dans l’entrée consacrée au … Sanskrit, publiée sur ce bloc-notes le 6/6/2013.
Ceux qui sont intéressés et n’auraient pas encore vu cette discussion pourront s’y reporter.

Bonne journée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 16/01/15 à 12h01

Bonjour,

il est toujours intéressant de remettre en avant certaines anciennes méthodes ASSIMIL qui étaient particulièrement excellentes…
Le serbo-croate « sans peine » (1972) faisait partie de ces méthodes exceptionnelles…

C’est aussi une façon de rappeler aux éditions ASSIMIL qu’une méthode complète de serbe (et pourquoi pas de slovène aussi) serai(en)t appréciée(s).

Par Bruno le 16/01/15 à 17h45

Pour qui s’intéresse au bosniaque, serbe et croate, deux excellents livres (en anglais):

Ronelle Alexander:
– Bosnian, Croatian, Serbian, a Grammar: With Sociolinguistic Commentary
– Bosnian, Croatian, Serbian, a Textbook: With Exercises and Basic Grammar (le CD avec enregistrements est vendu séparément)

Par Chris Keller-Kostakiotis le 17/01/15 à 19h41

Nouvelles versions du tchèque et du polonais à paraître début 2015:
Est ce qu’il y aura beaucoup de modifications ?
Des nouveaux dialogues ?
Des nouveaux enregistrements ?

Par Chris Keller-Kostakiotis le 21/01/15 à 19h37

Enfin la nouvelle version du tchèque figure sur le site et le catalogue !

Petite anecdote:

Même si les racines slaves occidentales sont communes; la langue tchèque « sonne » bizarre aux oreilles des polonais qui ont souvent du mal à la comprendre et s’en amusent parfois (un peu comme les français de France qui ne comprennent pas l’accent et les expressions québécoises…)

Les polonais surnomment parfois les tchèques de « pepik » (ce qui peut être moqueur, voire péjoratif parfois…)

Par Michel BELLON le 22/01/15 à 8h59

Bonjour Chris,

Sauf erreur de ma part, il n’y a pas de mot véritablement équivalent en tchèque pour désigner les Polonais dans leur ensemble. Quelqu’un en connaît-il un ?
J’ai séjourné pour des raisons professionnelles (et pour mes études, à l’époque du « rideau de fer ») en Pologne (surtout) et en Tchéquie et j’ai toujours perçu un sentiment d’estime, de solidarité, de fraternité entre les deux peuples.
Bien évidemment, les Tchèques ont aussi leur avis sur la langue polonaise, et il rejoint sur bien des points celui des Russes ou d’autres peuples, slaves ou non : ce qui frappe avant tout, et est facilement caricaturé, c’est l’abondance des consonnes polonaises « chuintantes », qu’elles soient étymologiquement de « vraies » chuintantes (sz, ż/rz, cz, dż/drz) ou bien le résultat de l’évolution par palatalisation de « sifflantes » ou de « dentales » (ś, ź, ć, dź). C’est un peu la même chose, pour faire un parallèle avec les langues romanes, que lorsqu’on considère le portugais (européen) comme une langue où prédomine le son ch… ch… ch… 😉 .
La présence des voyelles nasales ą et ę (le polonais est la seule langue slave contemporaine qui connaît encore ces sons, assez fréquents en vieux slave, dont l’alphabet cyrillique d’origine reflétait bien l’existence) est aussi un élément d’étrangeté. Il faut cependant noter que ces voyelles nasales sont vraisemblablement appelées à disparaître du système de la langue polonaise dans un avenir pour ou moins lointain, car elles sont déjà dénasalisées dans un certain nombre de cas, et le ą par exemple, correspondant au /on/ français de « bon », se prononce souvent, même lorsqu’il devrait en principe conserver son caractère nasal, comme une sorte de diphtongue, /o-ou/, proche de celle du tchèque, notée justement « ou » dans cette langue.
Ajoutons que, d’un point de vue strictement linguistique, il existe beaucoup plus de différences entre le polonais et le tchèque qu’entre le français de France et celui du Québec. Pour faire une comparaison en restant dans le domaine des langues romanes, l’écart entre polonais et tchèque est plutôt du même ordre de grandeur que celui qu’il y a entre le français et l’italien par exemple, et l’intercompréhension immédiate est limitée, voire impossible.

Bonne journée,
Michel.

Par Michel BELLON le 22/01/15 à 9h03

Encore une faute d’inattention de ma part, désolé 🙁 :
… dans un avenir PLUS ou moins lointain…

Merci,
Michel.

Par Claude Laporte le 22/01/15 à 13h11

Pour répondre au message de Michel BELLON du 14 janvier.

J’ai parcouru l’ancienne méthode d’arabe parce que ma mère l’avait utilisée à la fin des années 1980. La nouvelle est beaucoup plus efficace.

Je suis d’une génération qui n’a pu connaître que la méthode de russe Dronov / Matchabelli / Gallais (fort inefficace) avant de pouvoir se réjouir de la méthode Melnikova-Suchet (qui, elle, est une vraie méthode Assimil avec un souci pédagogique). La méthode de russe de l’époque soviétique, je l’ai aperçue, une fois, chez un ami qui conserve jalousement un exemplaire de la fin des années 1950 hérité de sa famille, où il y avait à la fin un appendice sur l’ancienne orthographe russe abolie en Union soviétique et que conservaient encore des publications d’émigrés.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 22/01/15 à 22h53

Le mot « pepik » n’est que la contraction du mot « pepiczek » (masc.) et « pepiczka » (fém.); terme polonais un peu moqueur et péjoratif encore utilisé par une certaine génération de polonais d’un certain âge; ce terme est un peu l’équivalent du mot français « boche » pour désigner les allemands…
.
Il n’y a effectivement aucune animosité entre le peuple polonais et le peuple tchèque.

Même si le tchèque et le polonais sont deux langues appartenant au groupe occidental des langues slaves; l’intercompréhension est quasi nulle, hormis quelques mots au milieu d’une phrase.

Le seul peuple slave qui peut comprendre sans difficultés la langue tchèque sans l’avoir apprise sont les slovaques.
Bien que les jeunes slovaques nés après la scission de la Tchécoslovaquie en 1993 ont plus de mal à comprendre le tchèque, mais tchèque et slovaque sont deux langues très proches.

Ce qui « sonne » bizarre aux oreilles des polonais quand ils entendent parler tchèque, c’est surtout la présence de nombreuses voyelles longues comme é / í / á / ý / ú / ů / qui sont inexistantes en polonais, et surtout le son de la lettre ř qui est assez difficile à bien prononcer et dont les tchèques sont si fiers !

Quand à dire que les voyelles nasales tendent à disparaître du polonais parlé… Oui et non;

Bien parler le polonais, c’est toujours nasaliser les voyelles ą et ę sauf quand ę est à la fin d’un mot où il est quasiment toujours prononcé comme le son « è » (et encore, pour les polonais puristes, même en fin de mot, ę doit être nasalisé comme par exemple dans les mots « dziękuję » et « proszę »).

Quand on écoute la radio ou la télévision polonaise, les voyelles nasales s’entendent toujours clairement.

Quand un polonais ne nasalise jamais les lettres ą et ę, il passe pour quelqu’un qui vient de la campagne profonde qui écorche et ne maîtrise pas sa propre langue !…

Parmi les langues indo-européennes, la seule langue qui a vraiment perdu avec le temps le son nasal de certaines voyelles (toujours qualifiées de « nasales ») est le lituanien (langue balte).

Il s’agit des lettres ą / ę / į / ų .

Aujourd’hui l’ogonek ou nosinė (cédille) sous ces voyelles lituaniennes marquent seulement l’allongement du son et le cas grammatical.

Maintenant, j’attends avec impatience de voir les nouvelles versions ASSIMIL mises à jour du tchèque et du polonais !

Par Jean-Paul le 22/01/15 à 23h13

Merci Chris,

tes interventions sont toujours pertinentes et instructives.

Par Michel BELLON le 23/01/15 à 8h43

Bonjour Chris,

Merci pour ces précisions intéressantes.
Attention toutefois, car pepik est en réalité la forme de base du mot, et pepiczek est son diminutif. C’est donc pepiczek qui vient de pepik, et non l’inverse. Et cette forme a donné naissance à son tour au féminin pepiczka, toujours utilisé pour railler une Tchèque, étant donné que pepik n’a pas de forme féminine directe.

Comme très souvent en polonais, le diminutif des (pré)noms masculins est formé avec le suffixe -ek, qui provoque quand il y a lieu la modification de -k en -cz.
Par ailleurs, la première syllabe du mot est souvent supprimée, ce qui explique, parmi de très nombreux exemples, que le diminutif courant de Karol est Rolek.

Quant à l’origine de pepik, il s’agit tout simplement du diminutif Pepík (en tchèque, cette fois, comme on le voit grâce au í long) du prénom Józef.
Par conséquent, le parallèle le plus exact que l’on pourrait faire serait avec Fridolin, autre prénom utilisé par un peuple (les Français) pour dénigrer ou moquer un voisin (les Allemands).

J’ai un souvenir personnel précis d’un de mes contacts en Pologne, un homme qui avait la soixantaine (le même âge que moi aujourd’hui 🙂 ) et qui parlait d’un façon très soignée, n’omettant jamais la nasalisation des ą et ę en fin de mot. C’était il y a plus de 30 ans, et déjà à l’époque sa prononciation passait pour un peu surannée, disons « vieille Pologne » 😉

Bonne journée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 23/01/15 à 22h20

En ce début d’année 2015, je vais réitérer mes souhaits auprès de la direction littéraire des éditions ASSIMIL:

Dans les années à venir (mais pas dans un futur trop lointain) et dans la collection « sans peine », je souhaiterais voir les publications suivantes:

– Une méthode complète de thaï (avec enseignement de
l’écriture)

– Un perfectionnement chinois-mandarin

– Un perfectionnement japonais

– Un perfectionnement polonais

– Un perfectionnement grec moderne

– Un perfectionnement anglais américain

– Un perfectionnement portugais (Portugal et Brésil)

– Une méthode d’espagnol latino-américain

– Une méthode de serbe

– Des méthodes complètes d’arabe dialectal (maghrébin, égyptien, Syro-Libanais)

– Une méthode complète de basque unifié (qui soit plus approfondie qu’une simple initiation comme la méthode qui existe déjà)

Et dans la catégorie des langues anciennes, une méthode d’hébreu biblique pourrait être intéressante.

Pour les langues comme l’islandais, les langues baltes (lituanien et letton), et l’albanais; le sujet à été soulevé de nombreuses fois, et malheureusement je pense que c’est mort… 🙁

Maintenant, c’est à la direction littéraire et à la direction marketing d’ASSIMIL de prendre connaissance de cette longue liste personnelle de souhaits et de juger ce qui est potentiellement envisageable et ce qui ne l’est pas ! 🙂

Par Chris Keller-Kostakiotis le 24/01/15 à 17h47

Je rajouterais un perfectionnement néerlandais à ma liste de souhaits ci-dessus… 🙂

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 24/01/15 à 19h59

Je m’associe à Chris en formulant ma liste de souhaits pour les années à venir:
– une méthode « Sans peine » pour les langues européennes qui n’en ont pas, notamment le slovène, le serbe, le lituanien, le géorgien, l’arménien (avec une nouvelle méthode qui ne soit pas une simple réimpression de celle qui a été retirée) etc. J’ai soulevé à nouveau la question du financement participatif sur Facebook fin décembre 2014 et Assimil m’a répondu que ce projet est toujours d’actualité, même s’il n’y a pas eu autant de progrès qu’ils le souhaitaient. Donc on peut encore espérer que quelque chose bouge;
– une méthode d’espagnol latino-américain;
– une méthode complète de basque;
– un perfectionnement portugais (brésilien et européen), espagnol latino-américain, turc, polonais, roumain, néerlandais;
– de nouveaux cours dans la série « Affaires », au moins pour le français (pour étrangers), l’espagnol, le portugais, l’allemand, le russe, ainsi que le chinois et le japonais pour ceux qui s’intéressent à l’Asie;
– de nouveaux guides sur l’argot, en particulier l’argot français (pour étrangers), allemand, russe, portugais (européen et brésilien), espagnol latino-américain.
Voilà, je pense que ça peut suffire pour aujourd’hui. J’espère qu’Assimil nous écoutera et pourra exaucer quelques-uns de nos souhaits! 🙂
Bonne soirée et bon dimanche à tout le monde,
Michele

Par alessio le 25/01/15 à 16h58

Moi aussi je m’associe à Michele et Chris. Il faudrait publier absolument quelque perfectionnement et aussi « Sans peine », voici ma liste de souhaits pour les années à venir:
– un perfectionnement portugais (brésilien et européen), c’est une langue tres importante, porquoi il n’y a pas encore cet méthode?
-un perfectionnement roumain
– un perfectionnement néerlandais
– un perfectionnement polonais
– un perfectionnement grec moderne
– une méthode « Sans peine » albanais

Merci beacoup.

Alessio

Par alessio le 25/01/15 à 19h25

Moi aussi je m’associe à Michele et Chris. Il faudrait publier absolument quelque perfectionnement et aussi « Sans peine », voici ma liste de souhaits pour les années à venir:
– un perfectionnement portugais (brésilien et européen), c’est une langue tres importante, porquoi il n’y a pas encore cet méthode?
-un perfectionnement roumain
– un perfectionnement néerlandais
– un perfectionnement polonais
– un perfectionnement grec moderne
– une méthode « Sans peine » albanais

Merci beaucop , Alessio.

Par Michel BELLON le 26/01/15 à 15h24

Bonjour,

Comme je vois que nous sommes en pleine période de vœux, je me joins à mon tour aux contributeurs précédents pour donner mes préférences.

Avant tout, je crois que la chose la plus importante serait la mise en place du financement participatif pour lequel Michele milite, et que je soutiens également.

Ensuite, mes priorités pour les prochaines publications seraient les suivantes :
– Collection sans peine : albanais, islandais, lituanien.
– Collection perfectionnement : portugais/brésilien, grec moderne, néerlandais.
– Collection langues des affaires : espagnol, allemand, chinois.
– Langues anciennes : ancien français, vieil anglais, akkadien/babylonien.
– Guides d’argot : portugais, grec moderne, russe.
– Guides de conversation : finnois, islandais, polonais (en principe, il devrait y en avoir une dizaine de nouveaux en mars-avril, comme les deux dernières années).
– Langues en chansons (pour les enfants) : néerlandais, polonais, japonais.
– Dicos : néerlandais, roumain, grec ancien.
– Cahier d’exercices : russe, polonais, latin.

Je précise que, conscient des « impossibilités » diverses souvent mises en avant par l’éditeur, je me suis volontairement limité à trois langues par collection, ce qui ne veut pas dire que je ne souhaite pas voir paraître tous les autres titres qui ont été évoqués ici, ou en d’autres occasions sur ce bloc-notes.
Mais peut-être que, pour commencer, sur les 2 à 3 années à venir, Assimil pourra proposer quelques-unes des nouveautés souhaitées, en recoupant les listes des uns et des autres.

Merci,
Michel.

Par pascal le 27/01/15 à 5h23

Pleins de propositions pour de nouvelles langues chez A. ou pour des perfectionnements…C’est bien joli…mais il me semble qu’une méthode et encore plus un perfect. ne sort pas d’un chapeau…Il faut la construire…car pas question de plagier un livre ! Donc il est possible que sur le siècle à venir A sorte toutes les langues du monde…On trouve pas des spécialistes partout…Sans parler du risque d’invendus…De plus A n’a pas à répondre à toutes les demandes du monde…

Par Bruno Aeschbacher le 27/01/15 à 10h59

Sur le sujet des nouvelles méthodes, je vous invite à regarder l’interview avec Yannick Chérel disponible à la une de ce blog. Très intéressant d’apprendre que la création d’une méthode peut prendre jusqu’à 4-5 ans, et que l’amortissement d’une méthode comme le Sanskrit se fait au bout de 5 ans. J’ai trouvé cette interview très instructive – merci Assimil de l’avoir publiée.

A part ça, je rêve moi aussi de nouvelles méthodes, en particulier dans les séries Sans Peine et Perfectionnement : thaï avec enseignement de l’écriture (à l’instar du khmer, très bien fait), perfectionnement portugais, néerlandais et grec moderne, développement et enrichissement de l’actuel Sans Peine hindi avec une approche mieux dosée de l’écriture. Voilà en tête de ma liste.

Par Monsieur Michele Bondesan (Italie) le 28/01/15 à 18h05

Je crois que nous sommes tous conscients des ressources et des délais que comporte la réalisation d’une méthode et que nous ne nous attendons pas à ce que tous nos souhaits deviennent réalité demain.
Je vais regarder l’interview avec Yannick Chérel. Merci, Bruno, de l’avoir mentionné.
Bon après-midi et bonne soirée d’Italie,
Michele

Par Chris Keller-Kostakiotis le 28/01/15 à 18h52

Réponse à Pascal: un assimiliste convaincu est conscient du temps, de l’investissement, et du travail que représente l’écriture d’une méthode de langue et du risque potentiel de ventes insuffisantes d’un ouvrage une fois publié.

Il est néanmoins normal que les utilisateurs de méthodes ASSIMIL émettent des souhaits et que les éditions ASSIMIL en prennent connaissance et jugent ce qui peut être réalisable ou pas.

Pour ça, il faudrait déjà qu’ASSIMIL nous communique un minimum son avis et participe un peu plus aux discussions de ce blog…

Par Chris Keller-Kostakiotis le 31/01/15 à 15h08

Assimilistes:

Quel est votre illustrateur préféré dans les méthodes ASSIMIL ?

Nico ou bien Jean-Louis Goussé ?

Personnellement, j’aime bien les deux;
ce sont deux approches, deux styles, et deux types d’humour différents qui sont parfaitement en phase avec le contenu de l’ouvrage.

Dans les anciennes méthodes ASSIMIL, j’aimais beaucoup les illustrations de Robert Gring.

Dommage que le talent de ces illustrateurs fait cruellement défaut dans les nouveaux guides de conversation ASSIMIL !

Par Michel BELLON le 02/02/15 à 19h51

Bonsoir Chris,

Personnellement, je n’ai pas de vraie préférence. Il m’a semblé, au fil des années, que les illustrations évoluaient un peu comme les méthodes. Je trouve une sorte d’harmonie entre les deux. D’ailleurs, Assimil a fait appel à d’autres illustrateurs, selon les besoins. C’est Schvartz qui a collaboré à la méthode de luxembourgeois « à grande vitesse ». Et pour les anciennes méthodes, les premières que je possède sont illustrées par un autre grand nom qui restera associé à la marque : Pierre Soymier.

Bonne soirée,
Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 03/02/15 à 3h55

Comme exemple d’illustrations qui évoluent, on peut citer la première édition du tchèque « sans peine » paru en 1994 avec les illustrations humoristiques de Jean-Louis Goussé et la nouvelle version mise à jour du tchèque parue début 2015 où les illustrations ont été faites par Nico tout en gardant les mêmes phrases tchèques que la première version, mais avec des dessins, une approche, et un humour complètement différents en phase avec notre époque.

La nouvelle version du tchèque est une très bonne mise à jour de la première version.

Seul « reproche »: l’auteur aurait du faire une introduction plus fournie et plus détaillée sur l’histoire et les origines de la langue tchèque, ainsi que quelques brèves généralités sur la République Tchèque, voire une carte simplifiée du pays.

Ces introductions détaillées sont déjà présentes dans les méthodes de croate, d’ukrainien, de cantonais, de sanskrit, et de khmer;
ce serait intéressant qu’elles soient également présentes dans toutes les méthodes « sans peine » (nouvelles méthodes et mises à jour d’anciennes méthodes).

Par Michel BELLON le 03/02/15 à 23h28

Bonsoir Chris,

Je suis tout à fait d’accord avec toi en ce qui concerne la nécessité d’avoir dans chaque méthode une introduction un peu plus fournie sur l’histoire et les caractéristiques de la langue, ainsi que des repères sur les pays dans le(s)quel(s) elle est parlée, avec notamment une ou des carte(s) mentionnant dans la langue en question les principaux noms géographiques : pays, grandes villes, principales rivières, lacs, mers et montagnes s’il y a lieu.

Encore faut-il que cette introduction soit judicieusement écrite, qu’elle soit impartiale sur le plan historique en évitant absolument toute forme de « nationalisme », malvenu dans un tel contexte, et surtout qu’elle soit cohérente sur le plan linguistique. Pour reprendre l’exemple du Croate, méthode récente (2012) que nous avons déjà critiquée pour l’énorme et incompréhensible lacune qu’elle présente à propos du système tonal de la langue, que lit-on dans l’avant-dernier paragraphe de l’introduction, page IX ?
On y apprend d’abord les « traits distinctifs » du croate, « langue slave singulièrement définie par son destin culturel, héritière d’une tradition écrite urbaine, ….. d’une littérature écrite en trois dialectes, mais aussi de l’écriture glagolitique et du latin ». Pour moi, ce passage, qui mélange indistinctement des éléments purement linguistiques à d’autres, historiques et sociolinguistiques, est très confus et peu consistant.
Un peu plus bas, on lit que « le croate est une langue « flexionnelle » (ou à déclinaisons), ce qui signifie que les mots sont pourvus d’éléments grammaticaux qui indiquent la fonction des éléments de la phrase ». Passons sur la répétition maladroite du mot « élément » (qui crée une sorte de référence circulaire rendant le sens littéral assez absurde), pour nous étonner que l’auteure confonde « flexions » et « déclinaisons », ainsi que « mots » et « noms, adjectifs ou pronoms », comme vient le confirmer l’exemple donné à la suite (lijepa devojka).
Puis, il est dit que « l’étude du vocabulaire… est facilitée par la présence de radicaux identiques à partir desquels on peut fabriquer un grand nombre d’unités lexicales avec différents préfixes et suffixes : pisati, écrire ; pisac, écrivain ; upisati, inscrire ». Il apparaît clairement, surtout lorsqu’on voit la traduction française des trois mots croates illustrant cette affirmation, que ce fait n’est en rien une particularité du croate. Et l’on sait bien que les « familles de mots » (ou « nids lexicaux », лексические гнезда, comme on dit en russe) sont un bon moyen sur lequel on peut s’appuyer, dans toute langue, pour mémoriser et accroître son vocabulaire.
Enfin, le paragraphe se termine sur la constatation que « le croate n’a ni articles, ni subjonctif ! », ce qui aux yeux de l’auteure est une « autre bonne nouvelle ». Il me semble que mettre ce fait en avant dénote une grande naïveté, quand on connaît les autres difficultés et pièges que recèle le système grammatical du croate.
En fin de compte, ce paragraphe ne dit pas grand-chose de la spécificité du croate, et de surcroît il le dit plutôt mal.

Ces quelques observations sont à mon avis assez révélatrices d’une certaine « baisse de niveau » des publications que nous avons pointée du doigt il y a peu sur ce bloc-notes, et qui inquiète beaucoup d’entre nous. On dirait que le passage que je cite a été écrit à la va-vite, avec trop peu d’attention donnée à la forme, ce qui ici est grandement préjudiciable au fond. Pourtant, avec une lecture et un suivi des manuscrits plus minutieux, des exigences plus affirmées envers les auteurs, il devrait être possible d’éviter ces défauts.

Bonne soirée,
Michel.

Par Michel BELLON le 03/02/15 à 23h47

Rectification d’une de mes propres erreurs, quand je citais l’exemple donné par l’auteure : lijepa djevojka, et non pas « devojka », comme je l’ai écrit, sans doute inconsciemment influencé par la présence du serbe dans un recoin de mon cerveau (ce qui devrait faire plaisir à Chris ! 😉 ).
C’est aussi la preuve, faite à mes dépens, mais, je l’espère, au bénéfice des futures publications d’Assimil, qu’il faut toujours se relire si l’on vise précision et exactitude…

Michel.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 04/02/15 à 18h11

Il faudrait qu’ASSIMIL puisse tenir compte de ces remarques, les transmettre aux auteur(e)s concerné(e)s et faire en sorte qu’une introduction de 2, 3, ou 4 pages sur l’histoire et les origines de la langue étudiée et sur le pays concerné soit incluse dans le cahier des charges.

Je suis tout à fait d’accord avec Michel pour dire que l’introduction de la méthode de croate est confuse et maladroitement écrite.
Mais au moins, l’auteure a fait la démarche d’écrire une introduction de quelques pages, contrairement aux nouvelles versions du tchèque et du roumain où l’introduction est plus que sommaire !…

Quitte à me répéter, la méthode de croate parue en 2012 n’arrive pas pédagogiquement et linguistiquement « à la cheville » de l’ancienne méthode de serbo-croate parue en 1972 où les auteurs n’ont pas hésité à modifier de façon précise et impartiale l’introduction de l’ouvrage au début des années 90 quand la guerre civile a éclatée en Yougoslavie.

On verra bien si les nouvelles versions à paraître du polonais et du danois démarrent par une solide introduction avant d’attaquer l’étude de la langue.

Par cervi le 08/03/15 à 4h21

Pour appuyer certaines demandes à ce sujet… à quand une méthode d albanais. Je suis persuadée que cela marcherait. .. de jour en jour l albanie fait parler d elle…. et devient peu à peu le nouvel eldorado des balkans. De plus en plus de chefs d entreprise y partent, de plus en de séjours y sont organisés. .. bref dans 10 ans l albanie sera incontournable. Ne serait ce pas judicieux « d investir » dans cette langue d avenir? Merci à vous.

Par Chris Keller-Kostakiotis le 09/03/15 à 15h17

Je suis tout à fait d’accord !

En dehors de l’Albanie, la langue albanaise gagne de plus en plus de terrain dans les Balkans (Kosovo, sud-est du Monténégro, nord-ouest de la Macédoine, et nord-ouest de la Grèce).

D’un point de vue linguistique, c’est une langue à part dans la famille des langues indo-européennes.

Les éditions ASSIMIL devraient réétudier le marché pour pouvoir publier un jour une méthode complète d’albanais
car il n’existe à ce jour aucune méthode francophone qui enseigne cette langue.

En attendant, la méthode anglophone « Colloquial Albanian » (éditions Routledge) dont la version mise à jour est parue en 2012 est excellente et très complète (enseignement de l’albanais standard et des dialectes guègue et tosque).

Par Toni le 31/03/15 à 15h51

Bonjour,

Serait-il possible de savoir quels seront les ouvrages qui sortiront pour les personnes de langue maternelle italienne ou espagnole ? Je viens de voir par exemple que les méthodes d’arabe et d’hébreu viennent de sortir pour les anglophones.

Merci d’avance

    Par Éditions Assimil le 02/04/15 à 9h16

    Bonjour, pour les parutions en langue italienne, le mieux est de poser la question à l’équipe d’Assimil Italia depuis leur site : http://www.assimil.it/
    Pour les produits en base espagnole, nous ne communiquons pas très longtemps à l’avance les parutions. Il faudra donc être patient et nous suivre sur les réseaux sociaux.

Par Thomas simon le 03/06/15 à 11h06

Bonjour y aura-t-il un chinois perfectionnement bientôt ? Vu l’importance de la Chine et du chinois sur la scène international aujourd’hui .

Par Claude Laporte le 22/06/15 à 17h14

Y aura-t-il un jour une réédition de la méthode de tamoul? Elle était très bien faite.

Par Chris Keller- Kostakiotis le 25/06/15 à 18h22

Bonjour,

La nouvelle version du perfectionnement espagnol se fait toujours attendre… Aux dernières nouvelles elle est prévue pour août 2015, j’espère que sa parution n’a pas encore été retardée !…

Ce serait peut être une bonne idée de réactualiser également la méthode d’espagnol pour débutants qui a déjà plus de 10 ans d’âge et éventuellement envisager la publication d’une méthode complète d’espagnol latino-américain; je pense qu’une telle méthode pourrait être économiquement viable.

Par pascal le 29/06/15 à 23h50

On parle de rentabilité des méthodes, mais c’est oublier que si Chérel avait voulu de la rentabilité monétaire il serait devenu banquier et pas concepteur de méthodes de langues !

    Par Éditions Assimil le 30/06/15 à 8h49

    Doit-on rappeler qu’Assimil n’est pas une entreprise à but non lucratif ?

Par Claude Laporte le 30/06/15 à 19h34

Je reviens sur ma question à propos du tamoul et je l’élargis.
Au cours des 5 ou 6 dernières années, 5 langues sont entrées dans le catalogue Assimil avec des méthodes complètes (cantonais, khmer, sanskrit, ukrainien, yiddish) et 5 langues en sont sorties (alsacien, arménien, créole, espéranto et tamoul). Assimil a déjà répondu sur ce blog qu’aucune réédition n’était envisagée pour l’espéranto, les ventes étant devenus très faibles dans la fin de carrière de la méthode. Mais y a-t-il quelque chose d’envisagé pour les quatre autres langues qui sont sorties du catalogue – en particulier pour l’alsacien et le tamoul, langues pour lesquelles il n’y a à ma connaissance aucune méthode concurrente?

Par Claude Laporte le 30/06/15 à 19h37

En fait, je viens de voir qu’il y avait déjà eu une réponse pour l’alsacien. Alors, quid de l’arménien, du créole et du tamoul?

Par Jean-Sébastien Mersch le 24/07/15 à 13h02

Bonjour,

Y-a-t’il une nouvelle édition de l’Arménien Sans Peine prévue ou faut-il se tourner vers l’ancienne d’occasion (ou un autre éditeur) ?

Merci d’avance de votre retour.

    Par Éditions Assimil le 17/08/15 à 11h14

    L’arménien sans peine a quitté le catalogue et il n’est pas prévu qu’il fasse un retour.

Par AGOPIAN DANIELE le 19/09/15 à 10h43

Bonjour, Je recherche le livre l’Arménien sans peine (édition livre uniquement). qui avait été préfacé par Charles Aznavour. Si vous en avez un, faites-le moi savoir. Merci

Par pascal le 21/09/15 à 20h46

Un livre d’arménien Assimil j’en ai bien un. J’ai fait les exercices à compléter dans le livre-même et ai noté diverses choses dedans.

Par Chris Keller- Kostakiotis le 22/09/15 à 9h06

On peut encore trouver des exemplaires de l’arménien sans peine d’occasion sur internet.

Compte tenu de l’importance de la diaspora arménienne en France et à travers le monde, c’est vraiment regrettable que cette méthode ait quitté le catalogue, même si l’ouvrage enseignait l’arménien oriental (langue parlée en république d’Arménie) à défaut d’arménien occidental (langue parlée par la diaspora arménienne).

En espérant que cette méthode fasse un jour son retour sous forme de e-méthode (idem pour le tamoul et l’alsacien).

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
109 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
61 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
55 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
52 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

Le roumain, Ionesco
et la méthode Assimil :
entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
33 commentaires

derniers commentaires

Bonne question, ça se rapproche !

Éditions Assimil
21/08/17

au hasard

Dans la peau d’une sous-titreuse :
entre langue, rythme, image et son

01/06/16
4 commentaires

Le VIE ou Volontariat international en entreprise, opportunité pour
travailler à l’étranger

28/03/16
0 commentaire

Le musée de la langue portugaise
de São Paulo

10/09/15
2 commentaires