Les mots intraduisibles en français

Publié le 11/04/2016 par Assimil
5 commentaires

Duende

Selon les estimations, 6000 à 7000 langues sont parlées à travers le monde. Des langues qui vivent, reflètent une culture, s’adaptent aux époques, aux locuteurs et s’enrichissent de mots intraduisibles parfois dans une autre langue. Les humeurs, les phénomènes naturels, les traditions et autres spécificités culturelles donnent naissance à des expressions, parfois intrigantes, souvent poétiques, mais toujours pleines de sens.

Les mots intraduisibles les plus poétiques

Les langues savent parfois faire preuve de lyrisme pour décrire la complexité des sentiments humains et la beauté de la nature. Tour du monde des mots intraduisibles en français empreints de poésie.

Komorebi : Au Japon, ce mot sans équivalent dans la langue de Molière décrit la lumière du soleil qui s’infiltre à travers les feuilles des arbres. Si les rayons du soleil jouent (probablement) avec les frondaisons partout dans le monde, seule la langue nippone a inventé un mot pour s’y référer.

Yakamoz (en turc) et Mångata (en suédois) : l’expression fait référence au reflet de la lune sur l’eau. Là encore, si le phénomène existe dans le monde entier, seules deux langues le désignent par un mot précis.

Saudade : peut-être le plus connu des mots intraduisibles, la saudade portugaise désigne la profonde nostalgie que l’on éprouve pour quelque chose ou quelqu’un perdu pour toujours, avec une once de regret. Non content d’avoir son propre mot, ce sentiment a aussi sa propre musique : le Fado, expression ultime de la saudade.

Duende : typiquement espagnol, le terme s’apparente au pouvoir mystérieux qu’une œuvre d’art peut exercer sur un individu. Inexplicable et fascinante, c’est l’attirance qui « aimante » le spectateur et capte son regard ou son ouïe.

Voorpret : au Pays-Bas, le voorpret est la sensation de plaisir et de hâte que l’on ressent avant un évènement. Préparer le planning de ses vacances, choisir une tenue de fête, se mettre au lit après une journée interminable sont autant de situations où l’on expérimente ce fameux sentiment.

Schadenfreude : moins sympathique que le voorpret néerlandais mais tout aussi indispensable, le Schadenfreude allemand désigne la satisfaction que l’on peut ressentir en étant témoin du malheur de quelqu’un que l’on n’aime pas. Cruel, indécent, mais indispensable.

On pourra aussi citer le « Litost » tchèque qui résume la sensation angoissante ressentie lorsque l’on prend conscience de sa propre misère, ou le « Kaapshljurslis » propre aux Lettons, littéralement « être à l’étroit dans les transports en commun aux heures de pointe ». Ou encore « Filotimo » pour les Grecs, plus qu’un mot, une philosophie pour qualifier un ami d’honneur et le lien de dignité, de fierté, de sacrifice et de respect qui vous unit à lui.

Les situations du quotidien résumées en un mot

Les langues rivalisent d’imagination pour décrire des habitudes a priori banales et des situations récurrentes avec des expressions imagées et des mots intraduisibles, forcément.

Abbiocco : N’avez-vous jamais été saisi par cette impression de fatigue après avoir mangé ? Ce « coup de barre » post-repas a un nom en Italie : avoir « l’abbiocco », c’est tout simplement l’envie irrépressible de faire une sieste après le dessert.

Sobremesa : On reste à table, mais cette fois-ci en Espagne. Après un bon repas entre amis ou en famille, il n’est pas rare de rester un moment pour discuter de tout et de rien, en toute convivialité. La sobremesa (littéralement « sur la table »), c’est précisément cette conversation qui suit le dernier plat.

Desenrasscanço : Au Portugal comme ailleurs, il faut parfois faire face à une situation imprévue et improviser une solution de repli à la dernière minute. Le desenrasscanço, c’est justement cette capacité à trouver un plan B au pied levé.

Utepils : mot norvégien par excellence, l’expression désigne une bière que l’on boit en plein air. Si l’action est banale en France, elle l’est moins en Norvège où les températures sont plus rudes, particulièrement à l’intérieur des terres. Le fait de boire une pinte en terrasse méritait donc bien un mot à part.

Verschlimmbessern : mot intraduisible propre à l’Allemagne, il désigne le fait d’empirer un problème en tentant d’y apporter une solution. Étaler une tache en essayant de la nettoyer, réparer son ordinateur et le mettre définitivement hors d’usage…En français, on pourrait parler d’« aggraver son cas ».

Pochemuchka : En Russie, c’est le mot qui désigne quelqu’un à la fois trop curieux et trop bavard. Le pochemuchka est cette personne qui pose trop de questions et finit par devenir un brin agaçante, sans être méchante.

Jayus : Tout le monde a dans son entourage un amateur de « jayus », mais seul l’indonésien consacre un mot à ce phénomène. Le jayus, c’est une plaisanterie tellement pathétique qu’elle en devient drôle. La « blague Carambar » version asiatique, en somme.

Tartle : Sans équivalent en français, ce mot venu d’Écosse exprime l’hésitation ressentie lorsque l’on est sur le point de présenter quelqu’un mais que l’on a oublié son prénom. Une situation que chacun a rencontré au moins une fois dans sa vie et qui méritait bien un nom.

Si chaque langue au monde a dans son lexique un mot qui lui est propre, le français aussi peut faire preuve d’originalité. Affriolant, dépaysement, se défenestrer, se recroqueviller sont autant de mots que le monde entier nous envie.

Commentaires

Par Flyingonthenet le 11/04/16 à 13h58

Bonjour,

article sympa, mais attention : desenrascanço a un seul s…

Par Douglas Hall le 27/06/16 à 10h47

Article très interessant. Je travaille en tant que traducteur natif pour l’agence de traduction http://www.bigtranslation.com ! Ici, nos traductions sont effectués que par des traducteurs spécliasés natifs permettant une qualité optimale. Cet article va peut être nous servir, merci beaucoup !

    Par Éditions Assimil le 28/06/16 à 11h10

    Content que cela puisse vous être utile.

Par Eduardo Goffard le 02/07/16 à 5h20

Duende : typiquement espagnol, le terme s’apparente au pouvoir mystérieux qu’une œuvre d’art peut exercer sur un individu. Inexplicable et fascinante, c’est l’attirance qui « aimante » le spectateur et capte son regard ou son ouïe.
¡En absoluto! Tengo 80 años; nací hablando el Castellano; lo he hablado en diversos países de América y también en España, y jamas he escuchado ese vocablo configurado en una frase con esa acepción. Duende es un espíritu travieso, un elfo, un gnomo.

Par Chris K. le 05/07/16 à 17h35

Ne pas oublier l’intraduisible et profond « Gemütlichkeit » en Allemand et « μεράκι » en grec moderne …

Ajouter un commentaire

Interviews

articles populaires

Les nouveautés de la rentrée

08/08/13
192 commentaires

Sanskrit : le making-of

06/06/13
110 commentaires

Nouveautés Assimil :
ce qui vous attend à la rentrée

24/06/14
103 commentaires

Latin : retour vers le futur

28/09/15
99 commentaires

Nouveautés : ce qui vous attend
au premier trimestre 2014

01/01/14
78 commentaires

La méthode Assimil
disponible en digital

27/08/13
61 commentaires

Les nouveautés de la rentrée 2015

05/08/15
55 commentaires

Une nouvelle ligne graphique
pour la collection sans peine

11/08/15
52 commentaires

Nouveauté : Grammaire du japonais
de Catherine Garnier

16/02/17
36 commentaires

Le roumain, Ionesco et la méthode Assimil : entretien avec Vincent Ilutiu

14/04/14
33 commentaires

derniers commentaires

au hasard

Des entrées pour la Polyglot
Conference 2016 à gagner

07/06/16
1 commentaire

Benny Lewis
à la Polyglot Conference 2015

01/12/15
0 commentaire

Tous les mots du manga

16/02/15
4 commentaires